Les délires hallucinogènes d’une tempête dans un verre d’eau annoncée à Paris (Dr Solian Konaté)

Print Friendly, PDF & Email

« Un proverbe sud-africain nous enseigne qu’un arbre qui tombe fait beaucoup de bruit pendant que l’empire du silence règne dans une forêt en croissance. »

Un groupe affilié au FNDC résidant à paris, inspiré probablement par les prédictions de l’art divinatoire, a décrété que le président Alpha Condé doit arriver pour une rencontre en date du 18 mai 2021 en terre française de paris et pour cette occasion, ledit groupe veut montrer son biceps comme pour s’opposer à cette arrivée organisée subconsciemment par eux-mêmes.

Une rengaine de symphonie s’organise depuis, pour cette circonstance et pour bruiter sur les médias semant l’ivraie à tout bout de champs, pour divertir et surtout pour travestir ce qui relève du rationnel en guinée.

Ces agitateurs, rêveurs d’un FNDC éternel pensent absurdement :

-Que le monde est leur bien-fonds.

-Que l’avenir de la guinée relève de leur unique pensée instinctive et anarchiste !

-Que la Guinée, c’est le pays du chaos, sans ordre ni autorité !

-Tenez ! On parle encore de constitution, de présidentielle 2020 ! Comme si le temps devrait s’arrêter en guinée au bon vouloir de ceux qui pensent être le barycentre du monde.

Le FNDC n’existe vraiment plus que dans l’instinct infernal de la velléité de ceux qui pensent encore à son existence.

Admettons que cette prédiction soit sous l’angle de signes avant-coureurs d’une réelle rencontre officielle plébiscitée par les deux pays, si tel devait être le cas, aucun tintamarre décrété par la vermine de la violence n’empêchera une visite future officielle du président Alpha Condé en matière de coopération inter-Etat, à une date mutuellement convenue entre ces Etats, que ce soit la date agitée par les experts à défaire le monde ou une autre date.

 En dépit de ce qui pourrait relever de l’histoire, la guinée garde un potentiel lien de coopération établi avec la France dans le respect mutuel, exalté par le caractère libre du mode de coopération, préambule incontournable d’une souveraineté absolument réciproque. 

Personne n’est parfait, nous devrions apprendre à nous assumer dans l’honneur et la dignité.

En effet, ces promoteurs de la tempête dans un verre d’eau, veulent décréter semble-t-il un sirocco parce qu’ils ont vu dans un miroir divinatoire la silhouette du président Alpha Condé à Paris le 18 mai prochain !

Ah bon !

Sont-ils les bailleurs spirituels de l’avenir et du destin de la guinée ?

Quelle histoire !

On a tout entendu sur la toile :

-Des propos délirants jusqu’à dire que le président Alpha Condé était parti imposer le fils de feu Idriss Deby (paix à son âme) à la tête du comité militaire assurant la transition au Tchad !

-On a entendu aussi des cancans affirmant que la future présidence de Mr Sonko au Sénégal serait sponsorisée par le président Alpha Condé !

Quel sarcasme méphistophélique !

« Le masque du mensonge, même bien porté, n’arrêtera jamais la vérité. » Stéphane Théri.

En dépit de ces rengaines de fiction affabulatoires et injustes, les divergences d’opinion exprimées dans le respect du vivre ensemble sans mélancolie ni violence haineuse retentissante, sont nécessaires dans la construction de la société que nous souhaitons optimale pour tous.

En parlant de cette tragédie du Tchad, l’Union africaine(UA) via la commission d’enquête, doit absolument jouer le rôle d’avant gardiste pour mieux diagnostiquer l’ensemble des tenants de cette affaire pour l’émergence de la vérité.

La violence, l’opium de la médiocrité ne conduira jamais la guinée dans l’universel d’un monde meilleur.

Nous devrions faire en sorte que l’ordre et la justice soient le barycentre du débat constructif dans un dialogue sans mélancolie, où tous les guinéens sont interpellés pour bâtir une paix durable.

Pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va.

En dépit du fait que la violence n’est pas un brevet dédié uniquement à une catégorie de guinéens, Il ne sera pas question pour nous à Paris de tomber dans la banalité d’une stupide et déraisonnable provocation.

Mais attention ! Nous ne serons pas non plus dans l’inertie de l’insouciance.

Comme un coup de plume d’oiseau dans le dos d’un éléphant, le monde avance, la Guinée aussi.

Docteur Solian Konaté

Praticien Hospitalier Permanent France

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.