Les derniers mots de Aboubacar Diallo, fauché par balle: «grande sœur, ils ont tiré sur moi »

Lors de la manifestation à l’appel du FNDC dissous  hier jeudi 20 octobre, trois (3) jeunes ont trouvé la mort, allongeant ainsi la liste des victimes dans notre pays.

Pour le cas précis de Elhadj Boubacar Diallo, agé de 17 ans, à Koloma Bomboly, dans la commune de ratoma, cet élève coranique serait à quelques microns de son lieu d’apprentissage lorsqu’il a été fauché par une balle à la poitrine, nous apprend son frère.

« Il était là depuis le matin avec sa grande sœur dans la maison. Aux environs de 14h, il devait aller suivre les cours coraniques, juste à coté de la maison. Il a été atteint par balle à moins de 20 mètres de la maison. Ici même, dans le quartier, sous les yeux des autres enfants », dit-il.  «Orphelin de père et mère, quand le petit a été touché par balle, il a couru pour se retourner à la maison et il a commencé à crier le nom de sa sœur  en disant : grande sœur, ils ont tiré sur moi », confie  Mamadou Diawo Bah.

Alerté par les cris de son frère, Mariama Binta Diallo dit avoir conduit la victime à une clinique de proximité sans suite .

« Dès que je suis sortie en courant, urgemment on l’a conduit dans une clinique au camp carrefour. C’est là que le médecin nous a confirmé qu’il est décédé, il avait répondu à l’appel »,  témoigne-t-elle. 

Par ailleurs, le corps étant au CHU Donka pour une autopsie, les parents de la victime disent n’avoir reçu aucune information afin d’entrer en possession du corps de leur enfant.

Mayi Cissé 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.