Les milliards stockés ne sont pas imaginaires, ils sont dans les trous ! (Ahmed Tidiane Sylla, UFR)

Print Friendly, PDF & Email

Il y a trois ans de cela, le Premier Ministre d’Alpha Condé nouvellement nommé se tenait devant hémicycle pour estimer les détournements en Guinée de l’ordre de plus de 600 milliards Gnf par an. De l’argent perdu par l’État qui aurait permis la réalisation de plusieurs objectifs gouvernementaux dont principalement la lutte contre l’extrême pauvreté. Alors même que pour plusieurs observateurs ou  fins connaisseurs du fonctionnement de l’administration guinéenne, ce chiffre reste très minimaliste et ne représente que la fumée pendant que le vrai feu reste inestimable et consume notre économie, vu l’ampleur et la banalisation  de la corruption dans notre pays.

Pendant les 10 années passées sous le régime  Condé, la Guinée a connu les plus grands scandales financiers jamais égalés depuis son indépendance. L’argent public a été détourné, des recettes introuvables virées sur des comptes étrangers, dans des paradis fiscaux. Des contrats miniers, des marchés gré-à-gré octroyés à des sociétés fantômes inventées de toutes pièces au détriment des populations guinéennes. Nos mines complètement bazardées. Des fonds publics partagés entre copains et coquins à des usages personnels et électoralistes. Des détournements rocambolesques faisant de la corruption une règle,  la discipline budgétaire et la bonne gestion  l’exception rare.  Conduisant désormais à la naissance et  à l’émergence d’un type de guinéens  faisant du détournement du deniers publics un droit, confondant sa poche privée à la poche publique ( caisse de l’Etat ). Entre autres: les 518 ( Daaf, Directeurs, comptables,..) et cadres véreux vivants dans le luxe insolent, réalisant avec frasques des immeubles, villas et autres investissements sur le dos du contribuable guinéen, en foulant au pied toute orthodoxie financière dans la gestion des fonds  publics. Et tout cela sous regard complice de justice. Ce qui s’est passé en Guinée ces dix dernières années est de l’ordre de l’incroyable au yeux des adaptes de la bonne gouvernance. Tout ce qui explique l’extrême pauvreté, la misère, le chômage,  le manque d’infrastructures sociales de bases, d’écoles, de centres de santé, de routes, ponts,  les logements sociaux, échangeurs,  l’eau, d’électricité… Bref, le refus de créer et de partager la prospérité.  Des scandales financiers En voici quelques scandales financiers dénoncés dans les médias qui ont affecté la décennie de la gouvernance Condé . Entre autres :  25 millions $ ( Paladinho) ;150 millions $ (fonds angolais) ;13 milliards Gnf ( MEF) ; 122 millions $ ( Arperbras) ; 20 millions $ ( BCRG, saisis à Dakar) ; 10 milliards gnf ( trésor public) ; 20 millions $ (prêts contre Ressources) ; 700 millions $ ( Rio Tinto) ; 3 milliards $ (électricité) ; 2 milliards $ (des infrastructures  routières) ; 90 millions $ ( 4G orange) ; 80 millions $ (subvention Electricité) ; 60 millions $ (fonds Qu’Atar ) ; 21 millions $ et lingot d’or égarés à la BCRG ; 4 milliards gnf ( SEGEAC) ; 11 milliards gnf ( Ministère Agriculture) ; 200 milliards gnf ( Nabaya Gate) ; 100 millions $ (conakry ville propre) ; 34 milliards gnf ( FIM fond d’investissement Minier) ; 9 milliards gnf ( Cour constitutionnelle) ; 21 millions  $ ( Albaeyarck- BCRG) ; 30 millions $ ( payé à Société AD trade Belgium) ; 10 milliards gnf ( entrepôt pharmacie centrale) ; 12 milliards gnf ( payé par SMD) ; 6 milliards Gnf ( COCAN) ; 35 milliards gnf ( OGP) ; 25 milliards gnf  ( OGC); 2.000 milliards gnf, (facture du 3ème mandat, trésor public), etc…. Continuez le liste ! Les guinéens doivent-ils oublier ces crimes économiques au bénéfice de  » gouvernement autrement » et de la nouvelle Constitution ?Pourtant l’organisation des audites ( Ministères, régies, directions, institutions, organismes,..) permettraient de répondre aux multiples  interrogations des guinéens de tout bord : Comment ces montants ont été utilisés ? Ont-ils été détournés ou pas ?  Ont-ils été utilisés dans la forme et dans le fond pour l’intérêt général ( le service public ) ? Où sont-ils stockés ? Ou bien, sont-ils dans des trous pour servir le clan ? Certes, la réalisation d’audits sur ces  présumés cas de détournement alertés dans la presse entraineraient l’agrandissement  de « l’Hôtel de Coronthie ». Aujourd’hui, la Guinée pourrait servir de cas d’école pour des grandes universités sur les études des cas de corruption au sommet de l’Etat.  Dans quels trous sont stockées les recettes des mines et des régies ? Le citoyen guinéen voudrait bien savoir, vu l’éclosion de l’exploitation minière dans notre pays, avec la présence d’une multitude compagnies d’exploitation, faisant de la Guinée premier pays exportateur et deuxième producteur de bauxite au monde, avec 80 millions tonnes exportées par an. Où vont nos recettes minières et elles servent à quoi ? Cette question mérite d’être posée. Mais aussi pour les  recettes des régies et Directions telles que : le Port Autonomes de Conakry  (PAC), l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunication (ARPT), l’Office Guinéenne de Publicité (OGP), Office Guinéenne des Chargeurs (OGC) ainsi de suite… Cette gestion opaque n’enrichit qu’un groupe de Kleptocrates qui profitent du maintient du peuple dans une misère noire.  Ceci dit, déclarer que la Guinée va dépasser économiquement d’autres pays de la sous-région, est de l’ordre de la démagogie populiste. Il serait bien pour le porte-mensonge Pé-Tibou Kamara de demander des explications sur l’utilisation de ces  ‘’montants pourtant non imaginaires » à son maitre à l’occasion du prochain conseil des ministres. Parce que à ce stade, on a désormais l’impression que les mémoires se perdent, le langage se perturbe et les discours vont dans tous les sens. Cela me rappelle cette scène de la tragédie du Roi fou. Là, j’appuie sur le frein !En luttant  efficacement  contre la corruption, la mauvaise gouvernance qui gangrènent notre économie, en ramenant dans les caisses de l’Etat ‘’ces milliards $ ’’ détournés, ainsi que les recettes issues de nos exploitations minières et de nos régies, l’Etat se porterait mieux. Tout ce qu’il faut pour une  répartition équitable du revenu national et un partage de la prospérité au bénéfice du peuple.  Choses qui ne sont pas au programme de ce gouvernement et malheureusement Alpha Condé a déjà  annoncé les couleurs  en ces termes : «  cette année,  vous allez souffrir ! »

#RetournezNotreArgent#LaMedicoritéEstNotreEnnemi

Ahmed Tidiane Sylla (responsable com UFR)

ahmedtidianes@gmail.com

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.