Les vœux de nouvel an d’Aboubacar Sylla…

Print Friendly, PDF & Email

Guinéennes, Guinéens,

Chers compatriotes,

Nous sortons d’une année difficile qui nous aura profondément éprouvés, tous tant que nous sommes, mais aussi en tant que nation. En plus d’une crise pandémique sans précédent, nous avons dû ensemble affronter et surmonter des dérives d’une extrême violence qui ont souvent émaillé des processus historiques visant à consolider notre tissu démocratique et conforter la marche irréversible de notre grand pays vers le développement.

Guinéennes, Guinéens,

L’année écoulée s’annonçait sous de meilleures auspices. Dans nos campagnes et dans nos villes, alors que nous avions retroussé nos manches, pour labourer nos champs, promener des troupeaux dans de nouveaux pâturages, instruire nos enfants à la science, à la culture, à l’art et au sport, ainsi qu’à l’artisanat ou à des métiers, créer de nouvelles entreprises, explorer de nouvelles opportunités, poursuivre de nouveaux rêves, en vue d’accomplir de nouveaux progrès dans notre processus de développement, une crise pandémique liée au nouveau Coronavirus s’est déclarée dans le monde et a malheureusement atteint notre territoire, le 12 mars dernier, tempérant notre élan et compromettant nos objectifs de développement.

Malgré notre volonté résolue à lutter efficacement contre ce virus, à l’instar d’autres pays, nous avons dû payer un lourd tribut à cette crise sanitaire qui a endeuillé près d’une centaine de familles, alités de milliers de personnes, à travers le pays et sinistré l’économie nationale.

Je voudrais manifester ici, une nouvelle fois, toute ma solidarité à l’endroit des nombreuses familles qui ont perdu un proche ainsi que ma vive compassion à toutes les personnes alitées. Je soutiens également, les entrepreneurs et les travailleurs qui ont vu leurs activités perturbées.

Je salue particulièrement les efforts louables de Monsieur le Président de la République dont le leadership et l’engagement personnel nous ont fait éviter le pire et nous ont permis de franchir des caps importants parfois insoupçonnables dans la crise. A ces remerciements, j’associe toutes les autorités sanitaires et gouvernementales et tous les acteurs des plus illustres ou plus anonymes.

Comme avec la crise sanitaire de la fièvre hémorragique à virus Ebola, dans le respect strict des gestes barrières, main dans la main en tant que nation, je nourris l’espoir que nous surmonterons ensemble, cette autre épreuve.

Guinéennes, Guinéens,

En plus de la crise sanitaire de la COVID19, nous avons dû œuvrer laborieusement pour garantir et promouvoir dans notre société, le droit inaliénable et imprescriptible de notre peuple à décider lui-même et librement, à la faveur de consultations régulières et démocratiques, de son destin et de ses dirigeants.

L’avènement dans le débat national de la question relative à l’établissement d’une nouvelle Constitution a divisé les acteurs de la vie nationale. Un front, composé d’opposants au régime et d’acteurs se présentant comme de la société civile, a été mis en place pour s’opposer catégoriquement, par des méthodes et des moyens violents, au droit du peuple souverain de Guinée à l’autodétermination.

Dans le cadre de la Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution (CODENOC) avec des acteurs politiques et de la société civile, nous avions ensemble pris le leadership, convaincus que nous sommes, que la souveraineté populaire est toujours le fondement de toute démocratie.

Au terme de plusieurs mois d’intenses débats et d’événements parfois tragiques, malgré que des actions de violences inouïes avaient été organisées par des opposants au projet de nouvelle Constitution pour compromettre le projet référendaire, le peuple historique du 28 septembre, à la faveur du référendum constituant du 22 mars, a légitimement adopté une nouvelle Constitution démocratique qui a fondé depuis, la IVème République.

Parallèlement à ce processus, une nouvelle Assemblée Nationale de la République a été élue pour légiférer et contrôler l’action gouvernementale. A l’occasion de la désignation de celle-ci, investi par notre parti politique, l’Union des Forces du Changement (UFC), j’ai porté et défendu auprès des électeurs un projet législatif nouveau, qui prend en compte les préoccupations de notre peuple. A travers tout le pays, les milliers de voix obtenues nous ont permis de désigner deux (2) députés à la représentation nationale.

Guinéennes, Guinéens,

Dans le cadre de la consécration de la première mandature de la IVème République, avec la Coalition Démocratique pour le Changement dans la Continuité (CODECC) ainsi que le Rassemblement du Peuple de Guinée Arc-En-Ciel (RPG-AEC), nous avons soutenu, la candidature du Professeur Alpha CONDE.

De toutes les offres politiques qui était en lice, le Professeur Alpha CONDE était le seul candidat à même de rassembler tous les Guinéens, de maintenir le cap des réformes économiques engagées et de poursuivre les chantiers historiques de développement en vue de consolider l’élan amorcé par une décennie de progrès socioéconomique.

Pour nous assurer la victoire, nous sommes allés dans les villes et les villages, à travers tout le pays, à la rencontre des électeurs pour leur parler de la vision de notre candidat pour la Guinée et les Guinéens. Conforté par une décennie de gestion qui a convaincu, à la faveur de la présidentielle du 18 octobre dernier, le Professeur Alpha CONDE a été élu démocratiquement pour présider, au titre du prochain sextennat, au destin de notre grand pays et travailler au bien-être de son peuple.

Chers compatriotes,

A l’aube d’un sextennat historique et à l’occasion d’un nouveau départ qu’il offre à notre nation, nous avons rendez-vous avec l’Histoire, la démocratie et le progrès socioéconomique. C’est dans la paix, par le rassemblement, le travail et la justice que nous répondrons à ce rendez-vous historique.  

Guinéennes, Guinéens,

Maintenant que les esprits s’apaisent, que les nuages se dissipent, que l’horizon s’éclaircit et avec le pari d’une accalmie durable et la promesse d’une République de la vertu, portée par le « Gouverner autrement », je formule les vœux ardents que coulent dans toutes nos demeures, les flots de la prospérité et du bonheur pour nourrir et soigner les corps, apaiser les cœurs et extasier les âmes.

Aboubacar SYLLA 

Président de l’UFC

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.