Lettre ouverte au président du CNRD (Fatoumata Keita)

Print Friendly, PDF & Email

Excellence, Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous soumettre la présente lettre ouverte en guise de contribution à la politique que vous souhaitez mettre en œuvre pour le redressement et le développement de notre si chère et tendre Nation.

Excellence, Monsieur le Président, votre prise du pouvoir, le 05 septembre dernier marque une étape et une opportunité majeures permettant à la Guinée de se reconstruire à travers la mise en place d’institutions fortes et crédibles au service des citoyens.

Votre premier discours à la télévision nationale a été rassurant et a redonné espoir et espérance aux guinéens en général, aux femmes et aux jeunes, en particulier. Ces derniers ont accueilli, avec beaucoup d’enthousiasme, votre engagement à mettre en place un gouvernement inclusif où seront représentés tous les segments de la nation.

À travers votre allocution, on pouvait retenir la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour mener à bien la transition, l’organisation de consultations avec les forces vives de la nation, y compris les jeunes et les femmes, pour esquisser les grandes lignes de la transition et l’éradication des obstacles qui empêchent à la Guinée de prendre son vol.

Excellence, Monsieur le Président, les jeunes et les femmes considèrent que notre pays est à un tournant décisif de son histoire. C’est pourquoi, ils ont été ravis et rassurés quand vous avez déclaré de façon énergétique, haut et fort que « nous n’avons pas droit à l’erreur car il s’agit de la refondation de notre chère Guinée ». Pour rebâtir des institutions fortes et rassembler les guinéens vers un seul objectif qui est de faire de la Guinée un pays rayonnant, il s’avère impérieux d’apprendre et de tirer les leçons du passé. 

Excellence, Monsieur le Président, je crois fortement en l’avenir et au devenir de la Guinée. Je crois fortement en l’engagement et au dynamisme des jeunes et femmes guinéens. J’ai la ferme conviction que les jeunes et les femmes doivent jouer un rôle important dans cette phase transitoire.  La prise en compte des jeunes et de femmes dans ce processus, en constituerait un élément majeur pour sa réussite. Les jeunes et les femmes ont eu à jouer un rôle important dans les luttes démocratiques en Guinée. Ils ont payé un lourd tribu durant ces luttes. La Guinée ne les oubliera JAMAIS.

J’estime qu’il est important, que des mesures fortes et pragmatiques soient prises en faveur de l’inclusion effective des jeunes et des femmes dans toutes les institutions de la transition, tout en tenant compte de la parité homme et femme dans tous les secteurs socioprofessionnels.

Excellence, Monsieur le Président, vous le savez plus que nous tous que dans l’histoire de l’humanité, l’exclusion des jeunes compétents et honnêtes ainsi que les inégalités entre les sexes sont antonymes à tout projet de développement, alors qu’oser la parité, c’est donner la chance aux femmes et aux jeunes filles de participer à la construction d’un État émergent. C’est dans cette optique que le Président Cap-verdien, Jorge Carlos Fonseca, a dit « Il ne sera pas possible de trouver des solutions aux problèmes complexes de la paix et de la stabilité sans rechercher la participation des jeunes et des femmes ».

Excellence, Monsieur le Président, je ne saurais finir cette lettre ouverte sans faire des propositions en faveur des jeunes et des femmes de la Guinée. Je me permets de vous proposer ces quelques pistes pour une prise en compte effective des jeunes et des femmes dans les institutions de la Transition :

  1. Prendre en compte la parité homme/femme dans le prochain Gouvernement (au moins 30% de femmes Ministres) ;
  2. Prendre en compte la parité homme/femme dans la constitution de l’organe législatif transitoire (50% de femmes) ;
  3. Promouvoir l’excellence chez les femmes et des jeunes à tous les postes politiques et administratifs ;
  4. Réserver un quota de 25% de tous les marchés publics aux jeunes entrepreneurs guinéens ;
  5. Réserver un quota de 25% des postes politiques et administratifs aux jeunes guinéens compétents pour encourager le rajeunissement de la classe politique guinéenne ;
  6. Nommer plus de femmes et de jeunes dans les directions des Sociétés d’État et dans les Établissements Publics ;
  7. Nommer plus de femmes et de jeunes dans les conseils d’administration des sociétés d’État, Nommer plus de femmes et de jeunes dans les cabinets des Ministres.

Excellence, Monsieur le Président, le chemin qui reste à faire est encore long. Nous devons nous ressaisir et nous prendre en charge. Nous sommes la force et la gloire, l’avenir et l’espoir. Mais vu notre retard, rien ne doit nous empêcher de nous dépêcher, car, il se fait de plus en plus tard. Excellence, avancez, ne craignez ni soleil, ni tornade. Nous sommes votre socle et votre parade.

Excellence, Monsieur le Président, pour finir cette lettre, je voulais emprunter au Président Thomas Sankara cette pensée ; « En tant que dirigeant il vous faut être à l’étage, ce qui vous permet de voir très loin ; mais de temps en temps, il faut descendre au rez-de-chaussée pour voir également dans la rue ce qu’y se passe ».

Excellence, Monsieur le Président, en espérant sereinement, un écho favorable à ma lettre, je vous prie de trouver ici, l’expression de ma très haute considération.

Conakry, le 20 septembre 2021

Fatoumata KEITA

Journaliste –communicatrice

Activiste – Présidente du Mouvement Panafricain des Leaders fédération Guinée

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.