Liberia : 29 morts dans un mouvement de foule lors d’un rassemblement religieux

Print Friendly, PDF & Email

Au moins 29 personnes sont mortes dans la nuit de mercredi à jeudi 20 janvier à Monrovia, la capitale du Liberia, lors d’un mouvement de foule au cours d’un rassemblement religieux chrétien sur un terrain de football, a indiqué la police.

«Des enfants qui prenaient part à cette croisade», le nom donné à ce genre de rassemblement, font partie des victimes, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police Moses Carter. Il a ajouté que le bilan du drame risquait de s’alourdir. «Le nombre (de morts) pourrait augmenter parce que d’autres personnes sont dans un état critique», a-t-il dit.

Les raisons du drame inconnues

Les raisons du drame sont inconnues. Les informations confirmées sur les circonstances sont sommaires. Des médias locaux ont rapporté que les fidèles avaient été attaqués par des bandits, ce qui aurait causé la panique. Les faits sont survenus lors d’un rassemblement de deux jours dans le quartier pauvre de New Kru, dans les faubourgs est de la capitale. Le rassemblement consacré aux prières autour d’un prédicateur populaire, le pasteur Abraham Kromah, a attiré des foules importantes, selon des images diffusées par les médias et sur les réseaux sociaux.

De telles manifestations, caractérisées par leur ferveur, sont communes dans ce pays très religieux et majoritairement chrétien, l’un des plus pauvres de la planète, durement éprouvé dans son histoire récente. À la fin du rassemblement, les fidèles ont été priés de faire une offrande avant de partir, a rapporté un témoin. «Alors que ceux qui avaient fait leur offrande quittaient les lieux, on a entendu un bruit très fort venant de l’entrée», a relaté ce témoin, Emmanuel Gray, 26 ans, à l’AFP. «Quand nous sommes arrivés là-bas, nous sommes tombés sur de nombreuses personnes allongées, mortes, et d’autres se battant pour leur survie», a-t-il dit.

Le Liberia, pays d’environ 5 millions d’habitants au bord de l’Atlantique, peine à se remettre de deux guerres civiles qui ont fait quelque 250.000 morts et des centaines de milliers de déplacés entre 1989 et 2003. Les deux guerres civiles ont provoqué l’effondrement de l’État, dévastant l’économie et les infrastructures industrielles. Le Liberia a été ensuite l’un des trois pays les plus affectés par la maladie à virus Ebola qui s’est déclarée en Afrique de l’Ouest en décembre 2013, et a duré plus de deux ans, causant plus de 11.300 morts, dont plus de 4800 au Liberia. Plus récemment, la pandémie de Covid-19 a encore entravé l’effort de redressement.

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.