Connect with us

International

Libye : accord international pour relancer les efforts de paix

Published

on

Les principaux pays concernés par le conflit en Libye ont promis dimanche de respecter un embargo sur les armes et de ne plus interférer dans ses affaires intérieures, pour tenter de ramener la paix dans ce pays déchiré par la guerre civile.

Toutefois, les conséquences de cet engagement pris lors d’un sommet international à Berlin sur le terrain, où règne une trêve des combats précaire entre les deux camps, restent incertaines : les deux rivaux directs, Fayez al-Sarraj, le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU à Tripoli, et son rival qui contrôle l’est libyen Khalifa Haftar, ont refusé de se rencontrer lors de la conférence sous l’égide de l’ONU.

Et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a reconnu que si la conférence avait été “très utile”, le fossé restait béant entre les deux hommes. “Il est clair qu’on n’a pas réussi pour l’instant à lancer un dialogue sérieux et stable entre eux”, a-t-il déclaré à la presse à Berlin.

– “Petit pas” –

Tant M. Lavrov que la chancelière allemande Angela Merkel, hôte de la conférence, ont parlé d’un “petit pas en avant”, tout en reconnaissant que beaucoup restait à faire pour parvenir à la paix.

Principale avancée de la réunion de Berlin, les dirigeants de onze pays, à commencer par la Russie et la Turquie qui jouent un rôle-clé en Libye, ont souligné dans une déclaration commune “qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit”, s’est félicité le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

“Tous les participants se sont engagés à renoncer à des interférences dans le conflit armé ou les affaires intérieures de la Libye”, a indiqué M. Guterres, alors que la Turquie soutient militairement le GNA et que la Russie, malgré ses dénégations, est soupçonnée d’appuyer le maréchal Haftar, aux côtés de l’Egypte, de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.

Les participants ont aussi promis de respecter enfin l’embargo sur les livraisons d’armes à la Libye, décrété par l’ONU en 2011 mais resté largement lettre morte.

Depuis la reprise des combats entre camps rivaux en Libye en avril 2019, plus de 280 civils et 2.000 combattants ont été tués et, selon l’ONU, plus de 170.000 habitants ont été déplacés. Le pays est dans le chaos et miné par les violences et les luttes de pouvoir depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Le chef de l’Etat français Emmanuel Macron, soupçonné par ses alliés européens de faire bande à part en soutenant le maréchal Haftar, a demandé lui l’arrêt de l’envoi de miliciens syriens pro-turcs et de militaires turcs pour soutenir le GNA.

– “Vive inquiétude” –

“Je dois vous dire la vive inquiétude que m’inspire l’arrivée de combattants syriens et étrangers dans la ville de Tripoli, il faut que cela cesse”, a-t-il affirmé.

L’ONU espère surtout que cette conférence renforcera la trêve entrée en vigueur le 12 janvier à l’initiative de la Russie et la Turquie.

Une rencontre entre représentants militaires des deux camps devrait pouvoir se tenir “dans les prochains jours” selon l’ONU pour transformer cette accalmie en cessez-le-feu “permanent”, comme les participants au sommet de Berlin l’ont appelé de leurs vœux.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a parlé de “progrès” faits à Berlin vers “un cessez-le-feu complet”, même “s’il reste des questions” sur la capacité de la communauté internationale à en vérifier la réalité.

Pour Emadeddin Badi, expert au Middle East Institute, le résultat du sommet est plutôt “décevant”, compte tenu “de l’importance des dirigeants” présents.

Les cours du pétrole étaient en hausse lundi après-midi, de plus de 1% sur les marchés asiatiques, du fait de l’inquiétude pour l’offre provoquée par le blocage des principaux terminaux pétroliers de l’Est de la Libye par les forces pro-Haftar.

– Force internationale ? –

Des escarmouches sont signalées presque quotidiennement, y compris le jour du sommet au sud de Tripoli. Et le camp Haftar a bloqué les exportations de pétrole libyennes, seule véritable source de revenus du pays, à la veille du sommet de Berlin.

Dans ce contexte, le chef du GNA a demandé dimanche l’envoi dans son pays d’une “force militaire internationale” sous l’égide de l’ONU.

Elle aurait pour mission de “protéger la population civile”, a-t-il dit, faisant écho à des propos similaires cette semaine du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Plusieurs dirigeants, notamment les chefs de gouvernement italien et britannique, se sont dits ouverts dimanche à l’idée de l’envoi d’une mission internationale, voire d’une force, pour aider à garantir un cessez-le-feu, une fois qu’il aura été agréé entre les deux camps.

Les pays de l’UE doivent commencer à débattre lundi à Bruxelles d’une contribution dans ce domaine.

AFP

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités
  • Citation de la semaine 18 février 2020
    "Le cyclone Idai a tout détruit, nous n’avions rien. Alors, nous avons commencé à ramasser les plastiques pour gagner en peu d’argent" Pasika Gaspal, habitante de Beira (Mozambique)
  • L'UE va se déployer en Libye pour empêcher les livraisons d'armes 18 février 2020
    Les journaux allemands commentent l’accord trouvé lundi (17.02.2020) par l’Union européenne pour déployer des navires de guerre à l'est de la Libye afin d'empêcher les livraisons d'armes à ce pays. 
  • Niger : dix ans après son renversement, Mamadou Tanja a toujours des soutiens 18 février 2020
    Mamadou Tandja a été renversé par l’armée le 18 février 2010, . Ce troisième putsch, depuis la conférence nationale du 29 juillet 1991, a mis fin aux velléités de l’ancien président de vouloir se maintenir au pouvoir.
  • Racisme : Moussa Marega massivement soutenu au Portugal 18 février 2020
    Victime de cris racistes, Moussa Marega, avait quitté le terrain du Vitoria Guimarães. L'attaquant malien du FC Porto a été notamment soutenu par Marcelo Rebelo de Sousa, le président du Portugal.
  • Au Cameroun, l'impunité est la cause des violences contre les civils, selon HRW 17 février 2020
    La mort de plusieurs civils dans la zone anglophone vendredi (14.02.20) révèle une incapacité des dirigeants à juger les coupables, selon des ONG. Celles-ci demandent une enquête indépendante.
  • Au Mali, l'exploitation de l'or permet de financer les djihadistes 17 février 2020
    L’exploitation de l’or à Kidal (nord) a réduit considérablement le taux de banditisme dans la région. Mais elle permet aussi aux groupes armés et aux djihadistes souvent alliés à Al-Qaïda de se financer.
  • "Aujourd'hui, nous assistons à des attaques ciblées" (Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense de la RCA) 17 février 2020
    Au cours d’une interview qu’elle a accordée à la DW, la ministre centrafricaine de la défense, Marie-Noëlle Koyara, accuse les groupes armés de contrôler plusieurs régions riches en ressources naturelles.
  • Pourquoi les Européens se soucient de la Libye 17 février 2020
    L'Europe a décidé de déployer une nouvelle mission navale et contrôler l'embargo sur les armes imposé à la Libye. Mais les Etats n'accordent pas la même urgence aux préoccupations concernant l'Afrique.
  • La santé au Togo, un enjeu de la présidentielle 17 février 2020
    Depuis 2017, le Togo a engagé une réforme de son système sanitaire afin d’assainir le financement des hôpitaux publics et améliorer la qualité des soins. Mais les résultats obtenus jusque-là sont jugés très insuffisants.
  • Mike Pompeo survole le Sahel et se pose au Sénégal 17 février 2020
    Pour sa première visite en Afrique subsaharienne, le secrétaire d'Etat américain ne visite aucun des pays du Sahel touchés par le terrorisme. Il défend son choix du Sénégal comme une des destinations de ce voyage.
  • Agathon Rwasa candidat à la présidentielle au Burundi 16 février 2020
    Le Conseil national pour la liberté (CNL), principal parti d'opposition au Burundi, a désigné dimanche, son président Agathon Rwasa comme candidat à la présidentielle prévue le 20 mai 2020.
  • Saint Valentin, les hommes "sous pression" 14 février 2020
    Le 14 février est la fête de l'amour. C'est l'occasion pour les couples de se retrouver. Ils doivent souvent dépenser de l'argent pour les offres de différents magasins.
  • Omar el-Béchir bientôt à la CPI ? 14 février 2020
    La presse s’est intéressée cette semaine à l’invasion des criquets dans l’est de l'Afrique et à la possibilité d’une extradition à la Haye de l’ex-président soudanais Omar el-Béchir.
  • Le sexe dans tous ses états 14 février 2020
    Le magazine Santé démarre l'année sous la couette avec une série sur le sexe. Quatre émissions avec reportages et interviews pour en savoir plus sur les relations intimes et l'orgasme - et les moyens d'y parvenir.
  • L'armée malienne fait son retour à Kidal 14 février 2020
    L'armée malienne est enfin arrivée à Kidal ce jeudi (13.02.20), ville contrôlée depuis 2012 par la Coordination des mouvements de l'Azawad. Le détachement comprend près de 300 soldats.
  • Conférence de Munich : l’influence de l'Europe en débat 14 février 2020
    La perte d’influence de l’Occident semble s’imposer à cette conférence sur la sécurité. Mais les relations avec les Etats-Unis, le poids de Moscou et de Pékin, ainsi que la protection des données seront aussi discutés.
  • Es Tunis-Zamalek, alléchante affiche de Supercoupe de la CAF 14 février 2020
    Ce soir, à Doha (Qatar), le club tunisois (double tenant du titre en C1) affronte le géant cairote (vainqueur de la Coupe de la Confédération) dans un duel qui s'annonce passionnant.
  • Le calvaire des commerçants sur la route Abuja-Kaduna 13 février 2020
    Les villes nigérianes d'Abuja et de Kaduna sont distantes de seulement 200 km. L'insécurité sur le tronçon a conduit les autorités à installer une ligne aérienne. Or cette solution n'aide pas pour autant des commerçants.
  • Rester en exil ou rentrer ? Le dilemme des réfugiés burundais 13 février 2020
    Depuis que le parti au pouvoir au Burundi l'a choisi comme son candidat à la présidentielle, les regards se tournent vers Evariste Ndayishimiye. Certains exilés attendent des gestes clairs avant de décider de rentrer.
  • Bombardements alliés à Dresde, 75 ans déjà ! 13 février 2020
    L'Allemagne commémore ce jeudi 13 février 2020 le bombardement, il y a 75 ans, de la ville de Dresde. Un anniversaire marqué par des tentatives d'instrumentalisation de l'extrême droite.