Lieux de culte fermés : la Jeunesse Citoyenne donne deux semaines au chef de l’Etat pour les rouvrir

Print Friendly, PDF & Email

Lors d’une conférence de presse qu’ils ont animée ce vendredi à la maison de la presse, les membres du mouvement’’ jeunesse Citoyenne ‘’ ont exprimé leur colère suite à la non ouverture, pour cause de covid-19, des lieux de culte par les autorités.

Dans une déclaration, ils motivent leurs argumentations par la réouverture des aéroports, les mobilisations occasionnées par certains partis politiques…

« Le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali sont plus que touchés par la Covid-19 que la Guinée, n’ont-ils pas levé l’état d’urgence tout en continuant de faire un suivi en fonction des zones les plus touchées ? Surtout, encore que ces différents pays ont permis la réouverture des mosquées, des églises bien avant la levée de l’état d’urgence tout en respectant les mesures de distanciation. Pourquoi I‘Etat guinéen refuse aux Guinéens le droit d’exercer leurs religions conformément à la constitution guinéenne et aux conventions internationales ? », s’interroge Bella Bah, président de la Jeunesse Citoyenne.

Si les lieux de culte ne sont pas ouverts dans les prochains jours, ces activistes de la société civile comptent appeler à une manifestation contre les mesures de restriction liées à la pandémie qui, selon eux, est sous contrôle en Guinée.

« Nous donnons un délai de deux semaines au président Alpha Condé d’ordonner la réouverture des mosquées et d’atténuer le transport pour les commerçants et les producteurs locaux, le temps de prendre les dispositions nécessaires. A défaut, nous lancerons un appel à une manifestation pour la réouverture des lieux de culte », a lu Aboubacar Soumah, le chargé de communication de la structure.

Mohamed Cissé

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.