Limogeage du ministre Taran: les confidences de Dansa Kourouma du CNOSCG

Print Friendly, PDF & Email

Il était le seul ministre guinéen qui n’était pas situé sur son sort depuis la composition du premier gouvernement de la quatrième république.  C’est seulement le jeudi dernier, qu’un décret présidentiel lu à la télévision nationale a fait remplacer Mamadou Taran Diallo, précédemment ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, par Zalikhatou Diallo, jusqu’ici députée à l’assemblée nationale.  Dr. Dansa Kourouma du CNOSCG dit ne pas être surpris par rapport à cet acte posé par le chef de l’Etat.

« Personnellement, j’avais un pressentiment qui me disait que peut-être Taran n’allait pas être reconduit. Parce que je n’ai pas compris comment nommer le gouvernement partiellement jusqu’à nommer tous les membres et laisser le seul poste. C’était curieux. C’était une façon de faire passer le message.  Mais Taran, quand même, est suffisamment intelligent.  Il savait décoder ce présage qui procurait un éventuel départ au sein du gouvernement.  Je pense qu’il n’a pas été surpris. Et moi également.  Mais la manière de faire me semble être un peu controversable. Sinon la manière dont les événements se sont enchaînés,  je savais bel et bien que quelque chose se préparait », dit-il. 

N’étant pas dans le secret du président de la République pour dire exactement les vrais motifs du départ de Taran Diallo, le président du Conseil national des organisations de la société civile guinéenne se contente de nous donner ses propres raisonnements. 

« Taran sûrement n’a pas été à la hauteur des attentes du président à cause de son histoire de société civile,  mais aussi un certain nombre d’éléments qui sont très importants à prendre en compte.  Taran devrait peut-être travailler en Guinée, à Labé et connaissant la situation de cette région,  je pense que ce n’était pas facile.  L’autre réalité,  le pays se trouvait être épinglé sur les questions des droits de l’homme.  Et on estime que peut-être Taran n’a pas sûrement mouillé le maillot pour inverser cette tendance et empêcher certaines organisations à pouvoir faire des mauvais rapports ou des rapports tendancieux contre la Guinée », a-t-il fait savoir. 

Du ministre Khalifa Gassama Diaby à Mamadou Taran Diallo, le ministère de l’Unité nationale a toujours du mal à sortir la tête de l’eau.  Selon Dr. Dansa Kourouma, les problèmes de ce département sont les mêmes depuis toujours.  Pour lui,  il faut une personne qui aura tous les moyens à sa disposition pour changer la donne, et qui soit capable, par un bon management, mettre autour de lui une équipe compétente capable de trouver les activités qui intéressent la population,  les activités qui intéressent le gouvernement et les partenaires, de mobiliser les ressources nécessaires pour faire le travail. 

Il faut donc dire sans risque de se tromper que Mme Traoré  Zalikhatou Diallo aura, elle aussi, du pain sur la planche à la tête de ce ministère.

Yamoussa Camara 

657851102

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.