Connect with us

Tribune

L’inaction du gouvernement et la stupidité de l’opposition ! (Par Ibrahima K. Doukouré)

Published

on

Les femmes de l’UFDG ont nos soutiens pour leur réclamation de la vraie justice pour tous les jeunes tués dans les barbaries politiques depuis 2011. Personne ne peut sentir la mort barbare d’un fils ou d’une fille plus qu’une mère. Cependant, elles ne doivent pas seulement manifester devant le gouvernement mais aussi devant les assemblées de leur parti. Si le gouvernement a les institutions pour faire des enquêtes, punir les coupables en rendant ainsi la justice aux victimes, M. Diallo et son parti peuvent aussi arrêter leurs obsessions infantiles pour les marches qu’ils qualifient pacifiques. Les marches qui n’ont fait de bien à personne. L’inaction du gouvernement avec plus de 90 victimes est catastrophique mais les obsessions infantiles de notre infatigable opposant pour les manifestations politiques sont têtues. Dommage que la résolution des problèmes guinéens devient de plus en difficile parce que nous refusons d’emprunter le seul chemin menant à la solution, la vérité. Chapeaux à notre fameux professeur et à son infatigable opposant, l’histoire de la Guinée changera pour de bon après vous. J’espère que vous arriviez à dormir pendant les nuits.

En ce qui nous concerne, deux mots ont des importances capitales pour nous: le patriotisme et l’honnêteté intellectuelle. Quand on demande à tout enfant qui sait distinguer ses mains droite et gauche, entre ces deux personnes celui qui tue ses frères et sœurs et celui qui les sacrifie bêtement, qui lui aime? Il fermera les yeux en disant: «qu’aucune d’entre elles n’est réellement préoccupée de vies des membres de ma famille ». On a un gouvernement qui n’a rien à faire des morts de l’opposition et un chef de file de l’opposition qui se sert de leurs cadavres. Dans une situation pareille, on sait tous ce qu’aurait fait un gouvernement responsable et un leader politique qui prétend se battre pour la Guinée, pour ses militants.

Quant à l’honnêteté intellectuelle, je suis surpris de voir que depuis plus de 10 ans, les marches supposées pacifiques qui ont toujours été violentes, plus de 90 victimes enterrées dans un seul cimetière, pire elles sont toutes d’une seule ethnie, et les violences qui n’ont apporté aucun bénéfice politique ni à l’UFDG ni à la Guinée, de continuer à ne parler que de l’irresponsabilité du gouvernement et en fermant complètement les yeux sur la stupidité de l’opposition. Personne de l’autre côté, qu’elle soit jeune ou vieille, intellectuelle ou non, n’a jamais eu le courage de dire à notre infatigable opposant qu’on doit s’arrêter un moment ou de faire la politique autrement. Personne pour lui dire que ces cadavres, si on s’arrête pas un moment pour panser les plaies déjà ouvertes, ils rendraient notre pays invivable. Ceux qui ont tenté, avaient été tous exclus du parti. L’honnêteté intellectuelle suppose qu’on se sert des critères rigoureux et généreux pour qualifier ou juger tout le monde mais pas de «changer nos principes en fonction de nos intérêts personnels et de qui on a à faire ». Le plus simple parmi ces critères est que tout guinéen, qui qu’il soit, qui empêche ses compatriotes de dormir tranquillement pendant les nuits, est l’ennemi de tous les guinéens et doit être combattu par tous pour le bien de nous tous.

Entre nous, mes chers, le seul article 10 de la constitution justifierait-il tous ces morts? Je suis sûr que si le groupe de Hadja Rabiatou savait que cet article changerait à jamais l’histoire de la Guinée, il ne l’aurait mis dans la constitution. S’il savait qu’un groupe de guinéens ne retiendrait que celui-ci dans la constitution en l’interprétant dans sa pire manière, il aurait déjà pris de dispositions sérieuses avant aujourd’hui. Tout le monde a entendu cette dame dire en Janvier-février 2007: “Je suis une femme. Si j’allume le feu, c’est serait sous la marmite; je n’allumerais jamais le feu en Guinée”. Qu’auriez-vous fait à la place de notre opposant infatigable après plus de 90 victimes? Toute personne qui aime la Guinée et soucieuse de son avenir, arriverait à la conclusion que si on a un pouvoir tyran, alors on a aussi une opposition stupide. Si on n’arrête pas ces folies toute de suite, nous mourrions tous sans jamais avoir une nation même si ces deux personnes risquent de ne plus être aux environs après trente ans. S’ils ne seraient pas sous la terre, leurs derniers soucis seraient de parler de la politique. La durée de vie de la Guinée échappe à toutes nos imaginations.

Ibrahima Kandja Doukouré, New York, USA

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook