Littérature : le livre “Târîka Karamökö Alpha Mö Labé, le combattant et le saint” dans les rayons de l’Harmattan Guinée

Print Friendly, PDF & Email

“Târîka Karamökö Alpha Mö Labé, le combattant et le saint “, un livre co-écrit par El Hadj Ibrahima Dâka Diallo et Cheick Ahmed Tidiane Diallo. C’est un ouvrage de 206 pages qui a été présenté ce mercredi 2 septembre 2020 à l’occasion des mercredis du livre de la maison d’édition Harmattan Guinée. Il retrace avec minutie l’épopée d’un homme exceptionnel, Karamökö Alpha Mö Labé. Ce personnage légendaire aura joué un rôle majeur dans la conquête et l’islamisation du Fouta Djallon.

De son vrai nom Alpha Mamadou Cellou Diallo, Karamökö Alpha Mö Labé fut un conquérant peulh doublé d’un savant musulman qui a vécu au XVIIIe siècle de notre ère. Descendant de la généalogie de Kalidou, il fonda grâce à son courage, son sens de l’organisation, son génie militaire et sa maîtrise du Coran, le grand Diwal de Labé, qui allait devenir la province la plus puissante et la plus prospère de ce qui fut connu jadis comme l’État théocratique du Fouta Djallon, dont il fut le principal acteur de la création au XVIIIe siècle. 

Selon Cheick Ahmed Tidiane Diallo, le livre se subdivise en plusieurs parties. « Les grandes lignes développées dans cet ouvrage sont le parcours de Karamökö Alpha en tant que patriarche, en tant que Khalife, en tant que Saint parce qu’il cumulait toutes ces facultés. En termes d’enseignements, on peut s’inspirer de la gouvernance de ses illustres ancêtres parce qu’ils avaient construit des nations qui étaient basées sur la cohésion sociale, sur l’intégration et sur la tolérance », dira-t-il. 

Considéré comme l’une des figures emblématiques du Fouta Djallon, Karamökö Alpha Mö Labé est un personnage qui a marqué l’histoire de la Guinée avant la pénétration coloniale. 

« À partir de ses idées et des actes qu’il a posées, il est ressorti que c’est un homme qui a cultivé l’unité, l’entente et la paix. Il a été le premier à commencer le djihad (guerre sainte ndlr), c’est-à-dire la lutte contre l’idolâtrie dans notre pays. Il a contribué largement à unifier le Fouta. Il a contribué largement comme vous l’avez entendu, à la désignation de l’Almamy du Fouta. Labé faisait la moitié du Fouta mais il a donné la primauté à la raison historique et social sur la raison individuelle en essayant de désigner un autre que lui. Or, tous étaient de grands érudits, il a donné la primauté à la raison économique et social. 

Donc à travers le livre, nous avons cherché à parler de cet homme et surtout à voir le personnage dans son monde d’alors, parce que parler de Karamökö Alpha sans parler des aspects politiques, des aspects économiques, des aspects socioculturels, c’est passer à côté du sujet », a estimé El Hadj Ibrahima Dâka Diallo.

À noter que les deux auteurs El Hadj Ibrahima Dâka Diallo enseignant-chercheur et Cheick Ahmed Tidiane Diallo économiste de profession, appartiennent tous deux à la lignée de Karamökö Alpha Mö Labé.

Maciré Camara 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.