Littérature : L’Harmattan Guinée récompense les 15 lauréats de l’appel à écriture sur le coronavirus 

Print Friendly, PDF & Email

 

Une cérémonie de remise des prix pour le concours d’écriture de textes sur le Coronavirus a eu lieu ce mercredi 30 septembre 2020 à Conakry. Organisé par les éditions Harmattan Guinée, l’objectif de ce concours est d’éditer un livre collectif sur la maladie à Coronavirus qui sera présenté le 30 octobre prochain. 

Ce concours d’écriture lancé depuis le 23 avril dernier à l’occasion de la célébration de la journée mondiale du livre, a mis au défi 137 candidats venus de la France, de la Guinée, du Tchad, de la Côte-d’Ivoire, du Rwanda, du Bénin, etc. Critères, il fallait soumettre au concours un texte de 8 pages lié au Coronavirus. 

Selon Sansy Kaba Diakité Directeur d’Harmattan Guinée, sur 137 textes, seuls les 15 meilleurs ont été sélectionnés.

« On avait promis que le 30 septembre nous allons officiellement donner la liste des 15. Aujourd’hui, on a proclamé les 15 meilleurs textes sur les 137 qui ont participé à l’appel à écriture. Donc il y a du plus âgé au plus jeune qui a 7ans. L’objectif final est d’éditer un livre collectif qui sera présenté le 30 octobre prochain avec les 15 lauréats et avec l’aide des partenaires, récompenser chacun des lauréats avec un chèque qu’on avait aussi promis. Parce que c’était promis dans l’appel à écriture que les lauréats vont recevoir des prix », précise-t-il. 

Pour Alfred Georges Kizerbo représentant de l’OMS en Guinée et président de la présente cérémonie qui a apprécié la qualité des textes, cette pandémie est une expérience profonde qui mériterait de passer par l’écriture. 

« On a touché une dimension de la pandémie très importante qui va rester. Parce que, quand le COVID-19 passera, il restera l’histoire du Covid. Il est important que cette histoire soit dite et au-delà d’être dite, qu’elle soit écrite. C’est une expérience tellement profonde, tellement multidimensionnelle qu’elle méritait de passer par l’écriture pour perdurer et servir à des générations futures. Je pense que c’est une œuvre non seulement innovante mais aussi une œuvre durable que nous avons eu l’honneur d’encadrer et d’accompagner. Ça été une lecture très édifiante pour les jurys, nous sommes arrivés difficilement à une liste de 15, mais qui est basée sur des critères de qualité de la narration, l’originalité du thème, le niveau d’écriture », a-t-il déclaré. 

Très heureux d’être parmi les lauréats, Boubacar Azoca Bah est journaliste et rédacteur en chef de la Radio Lynx Fm.

« Je suis très content d’être parmi les 15 lauréats de ce prix d’écriture sur la COVID-19. Pour moi, c’était un challenge, c’était aussi un petit défi que je voulais relever. C’est vrai que j’écrivais depuis des années dans le Lynx – la Lance mais dans le cadre purement fictif, je n’avais pas soumis de texte. Donc je m’étais dit, je vais à partir de ce concours, essayer de voir ce que j’ai comme style d’écriture, est-ce que ça passe ou ça ne passe pas. Ça me permet après d’aller de l’avant. Je pense que ce coup d’essai a été un coup de maître. Ça me permettra de continuer dans le projet sur lequel je suis actuellement », a-t-il laissé entendre. 

À noter qu’à ce concours qui a connu une diversité de participants sur le plan d’âge, de genre et professionnel, chaque auteur ne pouvait soumettre qu’un seul texte accompagné d’une photo et d’une présentation. 

Maciré Camara 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.