Loi de finances initiales 2022 : « les dépenses s’élèvent à 30 607,66 milliards GNF » (ministre du Budget)

Print Friendly, PDF & Email

Au cours d’un point de presse qu’il a conjointement animé ce vendredi 14 janvier 2022 avec son homologue de l’Economie,  des Finances et du Plan, le ministre du Budget, Moussa Cissé a procédé à la présentation de la loi de finances  initiales 2022 déjà adoptée  le 31 décembre dernier, par ordonnance du président de la République.

Ledit budget se présentant comme le principal outil de refondation de l’Etat au bénéfice des Guinéens, se veut sincère et inclusif. Il se chiffre à 30 mille milliards GNF (y compris les financements extérieurs) et les recettes y compris dons non affectés qui s’élèvent à 26 063,79 milliards de francs guinéens.

En effet,  les choix retenus dans le budget vont permettre cette année,  de mettre en œuvre trois priorités, marquant une rupture avec le passé.  Il s’agit des moyens substantiels qui ont été alloués à l’objectif de refondation de l’Etat pour lui permettre d’assurer ses missions régaliennes. Le budget 2022 va assurer un financement substantiel des politiques concourant au bien-être des populations et enfin, le budget 2022 peut pour la première fois depuis longtemps, se prévaloir d’être un budget sincère et inclusif.

Pour le budget 2022, les dépenses de personnel s’élève à 6842,9 milliards  qui est en baisse de 317,64 milliards par rapport à la LFR 2021, dépenses des biens et services 3443 milliards  en baisse de 140, 08 milliards,  dépenses de transfert  8021,45 milliards  dont 3 848, milliards au titre de la subvention au secteur de l’électricité.

Quant aux dépenses d’investissement,  elles s’élèvent à 11 032,89 milliards GNF dont 6911,65 milliards sur les ressources intérieures (62,65%), 4 121, 24 milliards sur financements extérieurs (37,35%). Dans ce budget, 2022, la part du secteur de l’éducation et de la santé est de 19,47 du total des dépenses budgétaires (accroissement de 18,3 points par rapport au budget révisé de 2021). Le secteur de la justice, défense et sécurité ont une part de 14,67% du total des dépenses hors financements extérieures (13,5% en 2021). La part du secteur des infrastructures et transports : 8,22% du total des dépenses sur ressources intérieures (5,4% en 2021), le secteur agricole à une part de 4,3% du total des dépenses sur ressources intérieures (2,4% en 2021).

Quant aux taux de croissance, il est de 5,6%, le taux d’inflation est de 10,1%, et le taux de pression fiscale 13,88%.

Pour le ministre  du Budget, Moussa Cissé : « Mais ce budget, pour que le Premier ministre puisse préparer sa lettre de cadrage, est parti sur un certain nombre d’éléments. Ces éléments ont pris leur essence dans le discours de prise effective du pouvoir par le Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD, le discours d’investiture [du président de la transition] et le discours d’adresse à la nation pour l’an 63 de la République de Guinée, dans lesquels discours, la refondation de l’Etat occupait une place de choix. »

Poursuivant, il dira que « le budget 2022 renforce les fonctions régaliennes de l’Etat en vue d’assurer la protection des Guinéens, leur sécurité et lutter contre la corruption pour normaliser la gestion publique. Ainsi, les hors financements extérieures. Ces allocations prennent en compte la part annuelle de la loi de programmation militaire 2021-2026. Ces allocations étaient de 13,5% en 2021. Le budget 2022 pose  les fondements solides de l’avenir de notre pays en portant la part  des dépenses d’investissement à 26,1% du total des dépenses financés sur ressources intérieures. C’était la condition pour soutenir durablement l’activité économique,  accompagner les personnes les plus vulnérables et investir substantiellement en faveur des secteurs des infrastructures,  de l’éducation et de la santé.  Le  budget 2022 pose les fondements solides de l’avenir de notre pays en portant la part des dépenses d’investissement à 26, 1% du total des dépenses financées sur ressources. »

A la suite de cette lettre de cadrage, dira-t-il « les prévisions de recettes avec les différentes régies, notamment la Direction générale des Douanes, la Direction générale des Impôts et la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique, ont été projetées à hauteur de 12 mille milliards 590 062 pour les Douanes, 11 mille milliards 365 pour de la DGI et 1815 milliards pour la Direction générale du Trésor et de la Comptabilité publique. »

Dans le domaine de la santé, les projets portent essentiellement sur le programme de reconstruction du système sanitaire. Pour le secteur de l’éducation, il s’agit notamment du programme de construction/ rénovation/ réhabilitation et équipement des écoles au secondaire,  de la construction des bâtiments administratifs des IRE et DPE, du programme de réhabilitation des centres de formation professionnelle.

Présent à ce point de presse, Lancinet Condé, ministre de l’Economie des Finances et du Plan dira aussi que « ce budget de la refondation est constitué principalement pour le bénéfice des populations guinéennes… »

Enfin, le ministre Moussa Cissé  affirmé que l’objectif du « président de la transition avec ce budget de refondation, c’est que, le dernier service de l’Etat à Yomou, à Pamelape ou à Koundara, puisse savoir et accéder effectivement à son budget pour le bénéfice des populations. »

YB

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.