Lola subit déjà de plein fouet les effets pervers de la rareté de pluie

Print Friendly, PDF & Email

Après l’arrêt prématuré de la pluie à Lola, la préfecture au sud de la Guinée enregistre l’une de  ses plus mauvaises récoltes de riz, de maïs, de haricot et de sésame  depuis plusieurs années. Ce qui laisse présager une année difficile pour les agriculteurs de cette localité, jadis couverte de forêts.

 Les producteurs se plaignent de l’arrêt prématuré de la pluie qui a fortement influencé la floraison des champs de céréales dans la préfecture  de Lola.

Interrogé, Moussa Condé, président de la jeunesse de Madina et agriculteur dans la sous-préfecture de Guéasso affirme que personne ne peut se frotter les mains en guise de satisfaction dans ce village, eu égard à ce qui s’est passé cette année dans les champs cette année.

« Au début des labours il y a eu le premier arrêt de la pluie. Au moment de la floraison encore, il y a eu un second arrêt de la pluie. La plus difficile a été l’arrêt de la pluie au début du mois d’octobre comme partout ailleurs dans la préfecture.

Actuellement, nous avons commencé la souffrance comme l’hivernage pour avoir de la nourriture. Nos champs de haricot, de sésame, de maïs, les derniers sont restés dans la sécheresse. Seulement ceux qui ont planté les premiers, sinon ce n’est pas facile », dira-t-il.

Pour sa part, Ibrahim Diawaty le maire de Guéasso dira « Le soleil a décimé la plupart des champs que je peux témoigner. Moi, j’ai peur cette année. Dans les années antérieures, le prix baissait dans ce mois de décembre  jusqu’au mois de février ; mais cette année le prix ne cesse de monter. »

Dans son allocution, il se demande comment sera l’hivernage de cette année s’il manque à manger en ce temps de récolte, « Nous sommes inquiets par rapport à cette situation », précise-t-il.

Poursuivant, « La pluie a cessé au moment où elle ne devrait  pas s’arrêter. En ce temps précis, la plupart des champs sont gâtés par manque de pluie.  Maintenant les gens étaient basés sur les bas-fonds lorsque les eaux ont tari et il n’y a pas eu de pluie au moment de la floraison, les crains de riz sont vides et cette crise s’est ajoutée à nos problèmes. »

  A Foumbadou, l’un des greniers de la préfecture de Lola n’a pas échappé à cet arrêt prématuré de la pluie selon le maire de la commune rurale Alpha Kabinet Kourouma. Il ajoute que les dégâts sont énormes dans la sous-préfecture. Ce sont des milliers d’agriculteurs qui sont touchés. Vraiment la crainte est grande chez nous ici, a-t-il précisé.

 Comme à Nzoo et Tounkarata les autorités locales affirment que ce sont des milliers de gens qui sont touchés par cet arrêt prématuré de la pluie dans ces contrées.

« Plusieurs agriculteurs  se disent inquarts cette année et nous craignons une crise alimentaire », concluent-ils.

Aminata Condé, correspondante à Lola

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.