Connect with us

Politique

L’opposant Abdoulaye Kourouma du RRD apporte son soutien à Damaro : ‘’on ne peut pas comprendre qu’un magistrat traite un Sotikèmo de vulgaire personne’’

Le président du rassemblement pour la renaissance et le développement (RRD) est contre la procédure judiciaire que veulent engager les magistrats guinéens contre le député de la majorité présidentielle, Amadou Damaro Camara.

Lors d’une conférence qu’il a animée ce lundi, 22 avril au siège de son parti à Conakry, Abdoulaye Kourouma qui milite au sein de l’opposition républicaine, a expliqué que les magistrats ne peuvent pas engager une procédure contre le député d’autant plus qu’ils sont ceux qui vont le juger. Pour lui, on ne peut pas être juge et partie à la fois.

« Le rôle d’un député est de porter plus haut et plus loin la voix des sans voix. On ne peut pas comprendre qu’un magistrat traite un Sotikèmo, d’une personne vulgaire jusqu’à l’amener au kidnapping. Moi je pense que ce sont ces critiques qu’un des députés du nom de monsieur Damaro avait essayé de parler. On se pose la question pourquoi cet acharnement contre le député. Ses critiques devraient servir au plus haut pour s’améliorer.  On ne peut pas aussi apprendre aux magistrats qu’on ne peut pas être juge et partie à la fois. On demande aux magistrats de se ressaisir, à l’état actuel, je le dis et je pèse mes mots, les magistrats ne peuvent pas juger monsieur Damaro », a-t-il expliqué avant d’inviter les magistrats à saisir une juridiction internationale pour régler leur compte à Damaro.

« Il faut qu’ils arrêtent de ridiculiser le barreau guinéen. Il s’agit d’une association, l’association des magistrats, je me pose la question, qui sera choisi parmi eux en tant que plaignants pour juger Damaro, ce n’est pas possible. Moi je pense que s’ils veulent juger Damaro, ils doivent porter plainte au niveau d’une juridiction internationale, ce n’est pas eux dans le contexte actuel, qui peuvent juger monsieur Damaro parce qu’on ne peut pas être juge et partie à la fois. Il n’y a pas de liberté au niveau de la justice, la liberté se situe au niveau de la conscience. Nous demandons donc aux magistrats d’être en harmonie avec leur conscience », a ajouté le leader du RRD.

Depuis quelques semaines, le torchon brûle entre le chef de la majorité présidentielle à l’assemblée nationale, Amadou Damaro Camara et l’association des magistrats de Guinée. Les magistrats veulent poursuivre le député et demandent la levée de son immunité parlementai pour des propos ‘’outrageants’’ qu’il a tenus dans la presse.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook