Le politique sud-africain Julius Malema, un dur à cuir, était à Conakry

PRETORIA, SOUTH AFRICA - MAY 04: Commander and chief of the Economic Freedom Fighters and South African presidential candidate Julius Malema greets supporters as he enters the Lucas Moripe Stadium for an Economic Freedom Fighters presidential campaign rally at the Lucas Moripe Stadium on May 4, 2014 in Pretoria, South Africa. The rally comes prior to the South African presidential elections which are scheduled to be held on May 7, 2014. (J. Countess/Getty Images)
Print Friendly, PDF & Email

Le jeune terrible de la politique sud-africaine Julius Sello Malema, ancien président de la ligue de jeunesse du Congrès national africain (ANC) était à Conakry jusqu’en début de cette semaine. Le politique le plus virulent contre les fermiers blancs, les accusant de « criminels » qui ont volé la terre, a eu plusieurs rencontres en Guinée. Même si l’objet de sa visite reste encore un mystère.

 

Selon une note de Wikipédia, en 2012, exclu de l’ANC, Malema, 38 ans, un dur à cuir, fonde un nouveau parti qui se revendique anticapitaliste et panafricaniste, les Economic Freedom Fighters, basé sur l’expropriation des terres et la nationalisation des mines sans compensation. Aux élections générales sud-africaines de 2014, EFF obtient 6,4 % des voix et devient la troisième formation politique de la première puissance du continent.

Noumoukè

1 Commentaire
  1. CONDÉ ABOU 1 an il y a
    Repondre

    Julius Malema est un anarchiste et qui a l’art du discours populiste de la provocation et du chaos en Afrique du Sud. Il n’est pas du tout progressiste.

    En quoi, la philosophie de Julius Malema est-elle conforme aux idéaux de liberté, de cohabitation et du vivre ensemble entre Blancs, Noirs et Métis en Afrique du Sud, tels que prônés durant toute sa vie, par Nelson Mandela, le héros de la lutte anti-apartheid ?

    Julius Malema, est politiquement un danger pour la stabilité et l’avenir même de la très riche Nation Arc-En-Ciel et c’est tout simplement triste pour un homme politique comme lui, de ferrailler continuellement pour faire basculer un si grand pays, dans les affres du passé et des questions raciales désastreuses.

    Qui porte la plus grande part de responsabilité de la crise économique et sociale en Afrique du Sud après la disparition de Nelson Mandela ?

    Les Blancs ou bien les dirigeants de l’ANC qui sont si subitement devenus les nouveaux grands riches de l’Afrique du Sud ? Poroto.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.