Lutte contre le viol à Kankan : le réseau des structures d’enfants dans la rue pour se faire entendre

Print Friendly, PDF & Email

Le phénomène de viol notamment sur les mineurs prend une proportion assez inquiétante ces derniers temps à Kankan. Rien que dans le premier semestre de cette année, 84 cas de viol dont 71 sur mineurs ont été enregistrés selon les statistiques fournies par l’inspection régionale de l’action sociale.
Pour freiner le phénomène, une manifestation pacifique s’est tenue ce matin pour exiger l’application stricte des textes de lois relatifs aux viols sur mineurs dans la région, rapporte notre correspondant.

Tous habillés en T-shirts blancs sur lesquels on pouvait lire « Stop aux viols sur mineurs », un groupe d’enfants et d’adolescents munis de banderoles et de pancartes ont battu le pavé ce vendredi 24 juin 2022, dans les différentes rues de la commune urbaine de Kankan. Kadé Nabé, présidente du réseau des structures d’enfants de Kankan décline l’objectif de la marche.


« L’objectif de cette activité, c’est de dénoncer les cas de viol, encourager la population à briser le silence parce que nous avons vu que l’ampleur du viol augmente de jour en jour. Nous avons enregistré 84 cas de viol en 2022. Donc, pour stopper les cas de viol, il va falloir sensibiliser la population, de descendre dans la rue et aller vers la population pour qu’elle puisse avoir le courage de dénoncer les cas de viol », a expliqué Kadé Nabé.

La manifestation est partie du rond-point Komarala loisirs, au tribunal de première instance de Kankan où un mémo contenant les préoccupations du réseau des enfants a été lu devant les magistrats.
« Nous demandons au procureur d’appliquer strictement la loi parce que les parents se plaignent. Si vous voyez qu’il y a de la réticence chez les gens, c’est dû à l’impunité. Donc, nous nous voulons que la loi soit appliquée à la lettre pour que les parents puissent avoir le courage de venir dénoncer », a déclaré Kadé Nabé au nom du réseau.

Daouda Diomandé, le procureur de la république près le TPI de Kankan, s’engage à satisfaire leur revendication.


« En ce qui concerne vos préoccupations, sachez que la loi sera appliquée dans toute sa rigueur. La preuve est que les dossiers qui sont déjà prêts sont en cours de jugement », a souligné le procureur.

Cependant, des partenaires acquis pour la cause des enfants se sont eux aussi engagés à veiller à l’application stricte des textes de loi.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.