Lutte contre l’immigration clandestine : Des bourses d’études et une formation en entrepreneuriat offerts aux jeunes diplômés guinéens

Print Friendly, PDF & Email

La fondation NKHANGFI et l’agence de voyage SOGUICAR lancent la foire de bourse d’études et le salon de l’entrepreneuriat et du travail à l’étranger. L’objectif est de dissuader les jeunes diplômés guinéens à l’immigration clandestine en les offrant des bourses d’études et étudier leurs projets et surtout les aider à avoir des financements.
Selon Estelle Amabelle Mabuh, la fondation et l’agence de voyage offrent des bourses d’études aux bacheliers et diplômés guinéens dans des universités en Pologne, Chypre, Biélorussie, Ukraine, Inde, Irlande, au Mexique et au Canada pour l’année scolaire 2021 – 2022, à travers un concours.
« En tant que fondation, nous demandons des bourses auprès des universités pour aider les jeunes africains qui ont peu ou qui n’ont pas de moyens pour continuer leurs études. C’est la première fois que nous venons en Guinée mais nous avons effectué ce même programme dans sept (07) pays africains, à savoir la Côte-d’Ivoire, le Togo, le Cameroun, le Libéria et la Sierra-Léone entre autres. C’est la 3ème année que nous organisons des foires de bourses. Nous sommes venus en Guinée cette année parce que nous sommes au courant que l’immigration clandestine affecte les jeunes guinéens. Si nous disons aux jeunes de ne pas effectuer l’immigration clandestine, nous devons les donner une raison de ne pas partir. Nous les apportons les solutions à pouvoir continuer leurs études ou faire des affaires pour ne pas emprunter le désert ou la mer », a expliqué Estelle Amabelle Mabuh, la fondatrice de NKHANGFI avant d’apporter des précisions : « Concernant les critères des bourses d’études, il faut avoir au moins le baccalauréat ou la licence avec un bon relevé de notes, souscrire au programme moyennant 1 million de francs guinéens, avoir une meilleure note au concours organisé par la fondation. Pour ceux qui vont opter pour l’entrepreneuriat après le concours, ils vont nous fournir leurs projets et nos équipes vont les étudier. Et si les projets correspondent à nos attentes, nous les aiderons à avoir le financement mais la fondation ne pourra apporter des financements trop élevés », -telle ajouté.
Selon la fondatrice, tous les participants au concours seront boursiers. Mais elle souligne que seuls ceux qui auront de meilleurs notes bénéficieront des prises en charge de la fondation à 100% . D’après Estelle Amabelle Mabuh, les notes des boursiers détermineront leurs prises en charge qui varient de 25 à 100% . Selon elle, la médecine ne figure pas dans les bourses à cause de son coût élevé.
« SOGUICAR est le partenaire local et le représentant de la fondation en Guinée. La partition première de SOGUICAR est de promouvoir la fondation qui est méconnue du public guinéen. Ensuite, nous prendrons le relai en Guinée pour pérenniser les activités de la fondation. Nous nous occuperons aussi en collaboration avec la fondation des futurs lauréats Bac pour les former en techniques entrepreneuriales. SOGUICAR facilitera aussi le transport des bénéficiaires de bourses », a indiqué Denis Yombouno, le représentant de la fondation et de l’agence SOGUICAR.
Le concours de la foire de bourse est prévu le 4 septembre au chapiteau du palais du peuple de 9 heures à 19 heures. D’après Estelle Amabelle Mabuh, en raison des restrictions liées au Covid-19, 300 à 600 seront offerts contrairement aux 2000 initialement prévus.

Sadjo Bah

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.