Lutte contre l’immigration clandestine : l’ONFPP s’implique à travers la projection du film ‘’The Way’’

Print Friendly, PDF & Email

Lutter contre l’immigration clandestine, c’est sauver des vies de plusieurs personnes qui ambitionnent de la pratiquer. C’est dans ce contexte que l’Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel (ONFPP) sponsorise actuellement le film intitulé : « The Way ou le Chemin » dans sa projection au niveau des lieux publics.

Ce film d’une trentaine de minutes et réalisé par Isabelle Kolkol Loua, déconseille l’immigration clandestine qu’est de nos jours pratiquée un peu partout en Afrique. Ce, malgré l’engagement de certaines institutions internationales comme l’OIM et d’autres organismes nationaux à y mettre fin.

Ce mercredi, 10 décembre 2020, c’est l’école privée ‘’Sainte Marie’’ qui a accueillie la réalisatrice dudit film qui avait à ses côtés le Directeur général de l’ONFPP, Lucien Guilao et de plusieurs autres invités dont les représentants de l’OIM en Guinée et des jeunes immigrants guinéens retournés pour conférer avec les élèves sur le contenu du film en question.

Pour Aicha Sow, élève en sciences expérimentales, qui a suivi avec intérêt ledit film, l’immigration clandestine doit être combattue. « J’ai surtout retenue qu’il ne faut pas se lancer dans des trucs dont on a jamais connu l’expérience. Ensuite, je trouve que l’immigration clandestine est dangereuse et qu’il faut la bannir dans nos sociétés. Il y a beaucoup de chemins pour parvenir à la réussite dans nos pays respectifs. L’expérience a prouvé qu’on peut bien rester ici en Guinée, entreprendre et réussir. Je conseille donc tout le monde surtout mes collègues jeunes à rester et à oublier d’aller de manière illégale chez les autres. »

Selon le Directeur général de l’ONFPP, il a été séduit par l’idée du film. « L’accroche a été que la réalisatrice a abordé le sujet d’une façon assez différente. Si vous constatez, durant toutes ces années, on s’est servi des artistes, des cinéastes et des stars pour véhiculer les messages de sensibilisation à travers les jeux. Mais on s’est surtout appuyé sur les dangers. On a passé des documentaires où on montre la Mer. Bref, on s’est beaucoup appuyé sur le côté négatif de la situation. Mais ce film est différent. La réalisatrice a abordé le sujet d’une manière qui m’a plus et c’est pour ça qu’en tant que Directeur général de l’ONFPP, j’ai été approché et j’ai décidé d’accompagner ‘’The Way’’ dans sa promotion », dira-t-il entre autres.      

A en croire à la réalisatrice, elle a parlé de l’immigration sous un autre angle qui n’est pas encore abordé.

« J’ai n’ai pas voulu parlé du désert et de la mer. J’ai voulu traité l’aspect préventif en montrant un jeune qui est diplômé en gestion et qui va de stage en stage pour qui ça ne marche pas. Un  jour, un ami à lui décidé de lui injecter l’idée de voyage. Une idée qui plait à sa mère mais lui jeune, ça ne lui a pas plus parce qu’il a une autre idée qu’est celle de mettre sa compétence académique au service de son talent qu’est celui de cuisiner. C’est une idée qui ne plait à sa mère qui préfère vendre ses bijoux pour son fils aille peut-être se suicider dans la mer… »

Youssouf Keita

+224 666487130

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.