Lycée Léopold Sédar Senghor de Yimbaya : l’Amicale ‘’Koto Barry’’ rénove les toilettes

Print Friendly, PDF & Email

Les élèves et encadreurs du lycée public, Léopold Sédar Senghor de Yimbaya peuvent désormais se frotter les mains. Car, leurs toilettes viennent d’être entièrement rénover grâce aux anciens élèves dudit établissements regroupés en ‘’Amicale Koto Barry’’.

Cet amical porte le nom de l’ancien proviseur, Aboulaye Barry dit ‘’Koto Barry’’ qui a géré ladite école pendant 13 ans. Il est présentement le Directeur préfectoral de l’éducation de Pita, dans la région administrative de Mamou.

La cérémonie de remise des clés de ces toilettes rénovées s’est déroulée ce vendredi, 30 avril dans les locaux dudit établissement sous la présidence de la ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat, Salla Fayi Camara membre de l’Amicale et qui avait à ses côtés le maire de la commune de Matoto et le DCE de la même commune.

D’entrée, l’honneur est revenu à l’actuel proviseur du Lycée, Amara Balato Keita de saluer cette belle initiative opérée par les membres de l’amicale. A l’en croire, « cet  établissement a été érigé en Lycée en 1989. Il contient en ce jour 1 885 élèves dont 690 filles répartis en 23 groupes pédagogiques dans un bâtiment en étage comportant deux blocs à deux niveaux chacun. Il comprend huit bureaux administratifs, une infirmerie et une bibliothèque dans un état de délabrement total », dira-t-il entre autres.

Quant au président de ladite Amicale, Malick Marcel Bangoura, il a, au nom de ses collègues tenu à mentionner que « es travaux ne sauraient être exécutés sans le concours de l’actuelle autorité de l’école dont l’apport a été inestimable tout au long du chantier. Ancien proviseur du Lycée Yimbaya et actuellement, directeur préfectoral de l’Education de Pita, nous tenons à le saluer. Il nous a tant marqué par sa rigueur et a forgé toute notre admiration. A travers lui, nous rendons grâce à tous les travailleurs du système éducatif pour le don de soi afin de faire de l’élève guinéen un modèle de réussite, de dévouement et d’abnégation », dira-t-il, avant d’inviter les élèves « à s’ inscrire sans relâche pour rendre toujours propres ces toilettes. Vous êtes tous membres d’office de cette amicale ‘’Koto Barry’’.

Visiblement heureux de cet acte que viennent de poser par ses anciens élèves, Abdoulaye Barry ‘’Koto Barry’’ a précisé :

« Il me manque de mots et d’expressions pour déterminer ma joie, ma gaité et surtout l’honneur que ces anciens élèves du Lycée Yimbaya viennent de me rendre de mon vivant. Je suis fier de vous avoir formé, je suis fier de ce que vous faites de là où vous êtes. Je suis fier de savoir que le Lycée yimbaya vit et pour toujours dans le développement socioéconomique et politique de la nation guinéenne. Fier que je suis, j’invite les encadreurs actuels du Lycée de bien continuer à inculquer l’éducation et l’instruction car, instruire sans éduquer entraîne des fois la ruine de l’âme. Je vous demande de continuer à persévérer les résultats de cet établissement. Le Lycée a actuellement trois ministres dans le gouvernement et plusieurs directeurs généraux et nationaux. Que les élèves actuels emboîtent le pas à leurs prédécesseurs qui se sont bien comportés et qui ont bien étudié.  Je salue toute l’équipe que je dirigeais à savoir les 154 professeurs que j’ai gérés pendant 12 ans dans cet établissement qui, aujourd’hui, sont des hauts responsables au niveau du système éducatif guinéen… »

« C’est le passé de Koto Barry qui l’attrape aujourd’hui dans le bon sens. C’est un conseil pour tous les pères éducateurs. Aujourd’hui, c’est la commune que l’amicale ‘’Koto Barry’’ vient d’accompagner par cet acte indélébile », a tenu à marteler le maire de Matoto, Mamadouba Tos Camara.

Au nom de son homologue de l’Education nationale, la ministre de l’Hôtellerie, du Tourisme et de l’Artisanat a salué ses amis de l’amicale pour le geste posé, avant de se souvenir en ces termes :

 « Il y a plus de 20 ans que j’ai mis le pied dans cette école. Quand j’ai vu Koto Barry, je me suis rappelé de beaucoup de choses. Koto Barry n’est pas seulement un enseignant, il est aussi un bon éducateur. A l’époque, nous avons plus peur de Koto que nos propres parents. Ce monsieur m’a permis de prendre la parole devant la foule. Certes nous avons fait le tour du monde, mais l’essentiel est parti de cette école. Nous n’avons pas eu besoin de l’école privée pour être ce que nous sommes aujourd’hui. Nous avons eu de bons encadreurs et nous avons aussi voulu apprendre », dira-t-elle.

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.