Connect with us

Tribune

Lynchage de capitaine Vivien Gérard : l’envers du décor (Ousmane Boh KABA)

Il paraît que la Guinée est en émoi. Et pour cause, un membre du bataillon des troupes aéroportées communément appelées bérets rouges, a été lynché puis laissé pour mort par une foule en furie dans la commune de Ratoma, haute banlieue de Conakry, ce 16 novembre 2018.

Dans la même commune  de Ratoma, en mai 2017, un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années, avait été roué de coups en pleine rue, puis brulé vif. La scène s’est passée à Lambagni. Il était accusé de vol.

Les lynchages publics d’individus au cours des trois dernières années enregistrés à Kouroussa, Kissidougou, Kankan, Siguiri, sont encore dans la mémoire collective des guinéens. Certains sur la base d’une simple rumeur.

Le Ministre de la Justice Cheik Sacko s’en était ému et avait annoncé l’ouverture des enquêtes pour arrêter et juger les coupables. En Janvier 2017, dans un discours à la nation, le président Alpha Condé menaçait encore les adeptes de la vendetta collective : «Désormais, nous n’allons plus accepter que les gens se rendent justice. Quiconque brûle un voleur, nous allons l’emprisonner ».

Mais jusque-là aucune enquête n’a abouti à des arrestations. Résultat les populations récidivent.

Face à une telle dérive, le réflexe habituel est d’engager la responsabilité individuelle des personnes impliquées de près ou de loin dans le drame. On rattache immédiatement cette pratique à la déliquescence morale et l’incivisme de la population. Ici et là, les condamnations morales les plus incisives sont immédiatement suivies d’un appel à des sanctions exemplaires.

À l’analyse, nous réagissons presque toujours comme si la justice populaire était un simple accident, une anémie passagère ou conjoncturelle du corps social dont on aura vite fait de l’éliminer en sanctionnant autant que possible les principaux auteurs directement impliqués.

Pour ma part, percevoir exclusivement cette (in)justice sous l’angle d’un problème d’éthique et de responsabilité individuelle, c’est assurément s’empêcher d’en déceler les causes profondes et systémiques. C’est occulter la cause racinaire du problème, c’est-à-dire les défaillances/insuffisances du système judiciaire (démission de l’État, corruption, formation inadéquate ou inexistante du corps judiciaire, etc.) et, partant, la crise de confiance populaire qui lui est consécutive. En somme, nous réduisons un problème systémique à n’être qu’un phénomène conjoncturel.

Les carences criardes de l’appareil judiciaire est ce qui, d’un point de vue systémique, rend possible la justice populaire. Elle prend essentiellement naissance sur les chemins tortueux de l’accès à une justice efficiente. Il y a une relation de cause à effet. Combien des fois, a-t-on entendu dire après l’arrestation d’un présumé bandit : « Finissons avec lui ici et maintenant, car, si on le laisse entre les mains de la police, il ressortira deux jours après, et reviendra se venger ».

La prévalence de la justice populaire dit quelque chose de notre système judiciaire avant d’en dire plus à propos de nos assises morales. Elle dit quelque chose de la perception ou du peu de confiance que les citoyens ont à l’égard de leur système judiciaire. Plus largement, elle reflète à bien des égards le sentiment qui habite tous ceux et celles à qui le système judiciaire semble refuser « un droit », et qui parfois finissent par trouver dans la justice populaire l’exutoire idoine des frustrations longtemps endurées.

Entendons-nous bien. Il ne faut aucunement interpréter ce qui précède comme si je soustrayais toute responsabilité individuelle aux acteurs immédiats de la justice populaire. Il n’en est rien. Chaque fois qu’un cas de justice populaire se posera, une condamnation morale et pénale de cette pratique abjecte sera toujours appropriée et nécessaire. Toutefois s’en tenir exclusivement à une telle condamnation, c’est au mieux s’efforcer de soigner la douleur plutôt que le mal, au pire faire preuve d’une irresponsabilité coupable. Comme dirait Einstein « La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

L’enjeu de ma démarche est ailleurs. Mieux vaut agir en amont que réagir en aval. « Prévenir vaut mieux que guérir » dit-on souvent. De fait, en appeler uniquement à notre sens moral permet peut-être de donner une consistance, une épaisseur, une prise en charge à notre indignation, mais ne peut résoudre le problème à long terme.

Il faut sortir de la procrastination des solutions ou des pseudos-solutions. En ce sens, redorer le blason du système judiciaire, c’est travailler à la restauration de la confiance du public envers ses institutions. Donnons les moyens à notre système judiciaire (meilleure formation des policiers et magistrats, amélioration de leurs conditions de travail, etc.) de faire son travail et exigeons beaucoup de lui en retour.

Une pensée pour toutes ces personnes (innocentes) victimes de la culpabilité de notre système judiciaire et de l’ignominie humaine.

Et si la justice populaire se portait bien, parce que notre système judiciaire se porte mal ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook

  • Ebola en RDC, une urgence mondiale 19 juillet 2019
    Parmi les sujets d'actualité africaines développés dans les journaux allemands cette semaine, l'épidémie d'Ebola en République démocratique du Congo, qui a atteint pour la première fois la grande ville de Goma.
  • Les ordures aggravent les inondations à Conakry 19 juillet 2019
    Les déchets qui s'accumulent dans les caniveaux empêchent les eaux de s'écouler. Les constructions anarchiques causent également des problèmes en période de fortes pluies.
  • Tueries en Ituri: un silence qui fait écho 19 juillet 2019
    Dans les artères de la ville de Bunia en RDC, des jeunes ont défilé avec la tête d'une jeune femme décapitée. Leur but était de crier leur détresse, tout en espérant des réactions de la part des autorités.
  • Le désarmement a commencé en RCA 19 juillet 2019
    Le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion est enfin dans sa phase exécutoire. Cinq groupes armés ont engagé le processus, selon la Minusca.
  • Helsinki : une "coalition de volontaires" pour l'accueil des personnes secourues en mer ? 19 juillet 2019
    Helsinki, la capitale finlandaise, a abrité jeudi (18.07.19), une réunion des  ministres de l'Intérieur de l'Union européenne pour discuter de l'accueil des personnes secourues en mer.
  • Le Sénégal mobilisé autour des Lions de la Teranga 19 juillet 2019
    Le Sénégal va affronter l’Algérie à 19 H temps universel pour le compte de la finale de la coupe d’Afrique des Nations. Tout le peuple est derrière ses Lions face aux Fennecs.
  • Urgence mondiale ou pas, la riposte contre Ebola se poursuit 18 juillet 2019
    L'Organisation mondiale de la santé a donc relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'urgence sanitaire mondiale. Une décision qui laisse le docteur et ministre congolais de la Santé sceptique.
  • La CPI confirme la somme des indemnités dont Thomas Lubanga doit s'acquitter 18 juillet 2019
    Outre quatorze ans de prison, la CPI avait aussi condamné, en 2012, Thomas Lubanga à verser 10 millions de dollars aux familles des victimes. Une décision confirmée, jeudi, par la Chambre d'appel.
  • La directrice de la police judiciaire limogée au Burkina Faso 18 juillet 2019
    L'affaire des corps de 11 personnes retrouvés sans vie dans les locaux de l'Unité antidrogue continue de défrayer la chronique au Faso. Depuis, des mesures disciplinaires ont été prises au sein de la police nationale.
  • Un nouvel état régional menace de voir jour en Ethiopie 18 juillet 2019
    Depuis l'arrivée d'Abiy Ahmed, en 2018, les pressions entre communautés se multiplient. Outre le conflit entre Omoros et Ahmaras, les Sidama viennent désormais s'ajouter aux dossiers urgents du Premier ministre.
  • Angie et ses drôle de dames 18 juillet 2019
    Les journaux commentent le "coup" d'Angela Merkel. La chancelière a réussi a placé ses deux alliées les plus fidèles à des postes clefs : exécutif européen pour Ursula von der Leyen et ministère de la Défense pour AKK.
  • Allemagne: quel est le programme anti-immigration de l'AfD ? 18 juillet 2019
    Connu pour ses sorties controversées, quel est le réel programme du parti d'extrême-droite en matière d’immigration ?
  • Rapprochement germano-russe lors d'un sommet en Allemagne 18 juillet 2019
    Malgré l'absence d'Angela Merkel et de Vladimir Poutine, pour la première fois depuis 2014, les ministres des Affaires étrangères allemand et russe se retrouvent ce jeudi à Bonn en Allemagne.
  • Oly Ilunga s'interroge sur les motivations de l'OMS 18 juillet 2019
    Après la décision de l'OMS de déclarer l'épidémie d'Ebola urgence sanitaire mondiale, Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, réagit sur notre antenne. Selon lui, sur le terrain, cela ne va rien changer.
  • Crise anglophone au Cameroun: des parlementaires allemands proposent une médiation 18 juillet 2019
    La crise dans les provinces anglophones s’enlise. C’est dans ce contexte qu’une délégation de parlementaires allemands a récemment séjourné dans le pays pour proposer une médiation aux protagonistes.
  • Soudan du sud: un système de plus en plus répressif 18 juillet 2019
    Amnesty International dénonce une campagne de harcèlement, d’intimidation et d’attaques contre les adversaires politiques du pouvoir en place à Juba, y compris à l’étranger.
  • Ebola déclarée urgence sanitaire mondiale 18 juillet 2019
    Les experts du Comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réunis en urgence mercredi, ont relevé le niveau de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola au rang d'"urgence" sanitaire mondiale.
  • CAN 2019 : Le Nigeria termine troisième 18 juillet 2019
    Dans la petite finale, les Super Eagles ont battu la Tunisie 1-0 et montent sur le podium. C'est la septième fois de l'histoire que le Nigeria termine troisième de la CAN.
  • Trump, un président raciste à la Maison Blanche? 17 juillet 2019
    Les derniers propos de Donald Trump au sujet de quatre élues démocrates à la peau foncée ont décidément du mal à passer. Par tweets interposés, le chef de la Maison Blanche les a accusées de haïr l'Amérique.
  • "Que c'était juste" pour Ursula von der Leyen 17 juillet 2019
    Les journaux allemands reviennent sur l'élection d'Ursula von der Leyen  à la tête de la Commission européenne. D'ici à son entrée en fonction le 1er novembre, elle doit constituer une nouvelle Commission.