Macron annonce un Sommet entre l’Union africaine et UE en février à Bruxelles

French President Emmanuel Macron (R) chairs a meeting with leaders of the African Union and European Union at the Palazzo Farnese, in Rome, on the sidelines of the G20 leaders' summit, on October 30, 2021. - Climate change and the relaunch of the global economy will top the G20 agenda as leaders of the world's most advanced nations meet October 30, the first in-person gathering since the pandemic. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Print Friendly, PDF & Email

Un sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne se tiendra les 17 et 18 février à Bruxelles dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, a annoncé jeudi Emmanuel Macron, afin de « refonder en profondeur » la relation « un peu fatiguée » entre les deux continents.

Parmi « plusieurs axes », le chef de l’Etat français a appelé à « refonder un New Deal, économique et financier avec l’Afrique », notamment pour « aller au bout de cette solidarité à l’égard des Africains », en rappelant « qu’entre 2020 et 2025, il y a 300 milliards d’euros de besoins de financement pour les économies africaines, car elles ont des conséquences économiques et financières de la Covid 19 à gérer ».

« L’Europe doit dans les instances internationales porter une stratégie commune avec l’Afrique, pour permettre cette solidarité », a poursuivi Emmanuel Macron, en exhortant à « réactualiser ce mécanisme d’investissement solidaire à l’égard du continent africain ».

Lors de cette allocution présidentielle depuis l’Elysée, qui doit se poursuivre par une conférence de presse, le chef de l’Etat a également plaidé pour le déploiement d‘ »un agenda en matière d’éducation, de santé et de climat à la hauteur des enjeux de l’Afrique ».

« Le continent africain a des défis qui sont encore plus importants que les nôtres sur l’éducation », a-t-il ajouté, en appelant à « poursuivre et européaniser » les partenariats existants, « avec un vrai projet de développer plus avant l’éducation des jeunes filles partout en Afrique, mais également la formation des enseignants, comme le développement des structures d’éducation sur la santé ».

Emmanuel Macron a encore indiqué vouloir « développer un véritable agenda sanitaire qui consiste à déployer beaucoup plus vite et beaucoup plus fort des structures de production de vaccins et de production ».

AFP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.