Macron félicite Alpha Condé : ”c’est un clin d’œil que Paris fait à Conakry”

Print Friendly, PDF & Email

Le 20 novembre dernier, Mamady Diawara, juriste, militant de la société civile, disait sa déception au président Emmanuel Macron qui, à ses yeux, a « entretenu un traitement différent à l’égard des deux hommes (Ouattara et Condé) ». Maintenant que le président Macron a adressé une lettre de félicitations à Alpha Condé, nous lui avons demandé, entre autres, son commentaire.

Guinee7.com : Vous avez dénoncé le « deux poids deux mesures » du résident de la République française face aux cas ivoirien et guinéen. Aujourd’hui Emmanuel Macron a félicité Alpha Condé. Quel commentaire en faites-vous?

Mamady Diawara : Tout d’abord, je tiens à remercier le président Macron pour son ouverture d’esprit, de son sens d’écoute à la fois, de ses partisans d’origine guinéenne et surtout de la société civile en général.

Cette lettre de félicitation du président de la République française même si tardive en date du 30 novembre 2020 s’inscrit dans le sens de l’apaisement des relations diplomatiques entre Paris et Conakry.

La règle élémentaire du droit international (le principe de non-ingérence) ignorée lors du processus électoral, vient d’être réconfortée par les principes de souveraineté.

Pensez-vous vraiment que c’est un pas vers l’apaisement des relations diplomatiques ?

Dans mon sentiment de déception que j’ai fait pars à monsieur Macron il y’a encore quelques semaines, je n’ai pas hésité un seul instant de lui faire savoir qu’il n’y avait aucun intérêt d’engager la résistance avec le pouvoir de Conakry et de facto je l’ai  invité à dialoguer.

C’est une main tendue ; pour ne pas en abuser, c’est un clin d’œil que Paris fait à Conakry. Pour reprendre cette fameuse expression de monsieur Macron lors de son interview dans  Jeune Afrique : « la France et l’Afrique, ce doit être une histoire d’amour. » Une vision amoureuse que je partage, mais qui doit toutefois être bâtie sur le respect mutuel entre le couple franco-guinéen. En conséquence, Conakry doit accepter cette main tendue dans l’intérêt de nos deux nations liées par l’histoire.

Cette lettre de félicitations adressée à Alpha Condé, paraît insuffisante pour certains comparativement à celle adressée à son homologue de la Côte d’ivoire. Quelle lecture en faites-vous ?

Mais écoutez, c’est un faux débat qui ne mérite nullement une attention particulière. La seule chose qui compte aujourd’hui, c’est du faite que la Guinée soit rétablie dans sa dignité, qu’elle soit respectée dans sa grandeur, qu’elle puisse déterminer librement ses institutions et enfin décider de son destin dans la plus grande indépendance.

Est-ce que vous retrouvez le Macron que vous avez soutenu pendant la campagne présidentielle en France?

Sans faire d’amalgame, il ne s’agissait pas d’une question d’homme, mais de notre histoire commune. Je crois que le président Macron a compris et rectifié le tir. Il est temps d’avancer et de déclencher la machine diplomatique en termes de coopération entre les deux Etats.

Source : Guinee7.com

1 Commentaire
  1. GOOD 4 semaines il y a
    Repondre

    la France devra retenir que cette relation d’amour, si particulière qu’elle soit, ne l’a jamais été avec la Guinée, ni avant notre indépendance, ni après.
    Dans cette relation tendue, ambigüe et suspicieuse, Elle a perdu, Elle perd encore et Elle perdra toujours du terrain dans cette Guinée maître de son destin, depuis son choix du 28 Septembre 1958 face à l’histoire, en opposant «NON» à la Communauté Française. Ce scandale géologique dont nous en sommes conscients.
    L’obstination au refus d’accepter ce choix coûtera toujours à la France qui, d’ailleurs n’a œuvré aucunement à créer une sympathie avec la Guinée coloniale et la Guinée indépendante.
    Dans la colonisation, elle nous a exploité, spolié, DERACINER;
    Dans l’indépendance, elle a entravé notre décollage, notre émancipation, notre REVOLUTION.
    Il est plus que temps pour la France de reconsidérer sa position vis a vis de la Guinée, cette nation différente de la Côte d’Ivoire et du Sénégal de la France-Afrique. Ceux là qui ont dit «OUI».
    Ces choix, POURTANT, c’est Elle, la France qui les a proposés.
    Merci quand même de cette opportunité offerte, ce REFERENDUM HISTORIQUE, c’est seulement ce que l’histoire retiendra pour le moment.
    En tant qu’ancienne colonie.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.