Maison centrale de Conakry : la mise en liberté de Toumba Diakité ne va plus tarder (Me Yomba)

Print Friendly, PDF & Email

C’est une lueur d’espoir pour Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba. Après l’échange entre l’ex-aide de camp du capitaine Dadis et le Ministre de la justice Me Mory Doumbouya mardi 11 août 2020 à la maison centrale de Conakry, l’avocat du détenu Me Paul Yomba Kourouma que Mediaguinee a joint ce mercredi, 12 août 2020 se dit optimiste en ce qui concerne une mise en liberté rapide de son client.

Selon, l’avocat : « devant le Ministre, le lieutenant Aboubacar Sidiki Toumba Diakité a dépeint sa situation, son arrestation, sa détention. La pathologie qu’il développe, les violences massives qu’il y a eu dans le traitement de son dossier et sa marginalisation. »

Et le commandant Toumba a signalé que son mandat de dépôt n’avait pas du tout été renouvelé, a-t-il poursuivi : « Et qu’à ce jour, il devenait un prisonnier encombrant à la maison centrale parce que sans statut, il ne relève pas de l’administration pénitentiaire. Il ne devrait pas être détenu, ni gardé par ces geôliers. Alors que son mandat de dépôt n’ayant pas été renouvelé que les conséquences juridiques n’ont pas été tirées, celles relatives à sa mise en liberté pour cette fin. »

“Toumba a même relevé sa chemise pour que le Ministre voie la bosse développée sur sa ligne blanche qui requiert une intervention délicate”

« Toumba a aussi ressorti le cas de sa maladie qui a été attestée par l’hôpital national Ignace Deen avec des recommandations précises qui n’ont pas été du tout prises au sérieux. Il a même relevé sa chemise pour que le Ministre voie la bosse développée sur sa ligne blanche qui requiert une intervention délicate. Laquelle ne peut s’opérer ici en Guinée, en raison de la pathologie à laquelle il a affaire », atteste l’avocat.

Toumba a fait part au Ministre qu’il refusait de manger pour ne pas aller au besoin vu que cela demande de la concentration. C’est pourquoi il a dit au Garde des sceaux qu’il ne prenait qu’un plat par 24heures.

« Et d’ailleurs qu’il ne prenait que quelques cuillerées. Qu’il refusait de s’alimenter pour s’éviter d’aller faire des besoins biologiques parce que ceci requiert de la pression. Surtout cela agit sur sa pathologie. Qu’il ne dormait pas normalement, qu’il ne buvait pas à sa soif. Qu’il endurait des situations vraiment difficiles, et piquait des crises la nuit et sans secours. Parce que enfermé de dehors. Il court des risques non seulement le manque de secours en cas de crise, le manque de secours en cas de court-circuit ou d’événement insurmontable dans la cellule », relate Me Yomba Kourouma.

Tomba a même respectueusement sollicité auprès du Garde des sceaux sa mise en liberté pour une prise en charge médicale.

« Alors toutes ces situations ont fait que Toumba a dit au ministre qu’il était vraiment prêt à aborder la justice de son pays. Mais faudrait-il encore que cela se fasse dans les conditions de santé requises. Il a sollicité respectueusement au garde des sceaux sa mise en liberté pour une prise en charge médicale. Et dans l’un ou dans l’autre des cas, Toumba a résumé en disant qu’il était le seul à avoir été détenu là-bas réellement, et que d’autres hautes personnalités tels que tous les membres du CNDD à commencer par le premier responsable jusqu’à ceux qui ont même été complètement omis par l’instruction, devraient se retrouver à la maison d’arrêt de Conakry parce qu’il connait l’implication personnelle de chacun d’eux dans cette situation », dira l’avocat de Toumba.

Il a donc dit au Ministre de la justice que celui-ci avait plusieurs possibilités pour le mettre en liberté.

A en croire l’avocat : « Il entend vraiment présenter au peuple de Guinée ses véritables bourreaux, plutôt que de se faire porter un masque qu’il ne mérite pas. Il a dit donc au Ministre de la justice que celui-ci avait plusieurs possibilités pour le mettre en liberté. Il pouvait le mettre en liberté parce qu’il est malade. Il peut le mettre en liberté parce que son mandat de dépôt est périmé, il peut le mettre en liberté parce que cela est de droit pour établir l’équité, l’égalité de tous devant la loi. Ses camarades étant dehors et s’occupant de leurs activités chacun en ce qui le concerne. » Ajoutant : « Et le Ministre a été très sensible, et a dit que dans les heures qui suivent, une réunion de restitution serait tenue au niveau de son cabinet avec des personnels techniques pour prendre des dispositions immédiates pour corriger ce qu’il y’a à corriger. Prendre des dispositions qui s’imposent. Mais nous avons lu que la mise en liberté de Toumba est recevable, elle a été reçue et ne tardera pas à intervenir », conclut Me Paul Yomba Kourouma, avocat d’Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba ex-aide de camp de capitaine Moussa Dadis Camara. 

Elisa Camara

+224654 95 73 22

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.