Makanéra crache sur la liste du FNDC : « ce sont des plaisantins. Pourquoi ils n’ont pas mis mon nom en première position? »

Print Friendly, PDF & Email

L’ancien ministre de la Communication et ancien député de la 9è législature sous le régime d’Alpha Condé vient de réagir à la liste des promoteurs du 3è mandat publiée ce vendredi 24 septembre par le Front national pour la défense de la constitution (FNDC).

Pour Alhoussein Makanéra Kaké, son nom devrait être en première ligne de la liste pour avoir été la première personne à parler d’un changement de la constitution en Guinée sous Alpha Condé. Selon lui, son nom devrait figurer avant même l’ex-président Alpha Condé ou l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana.

« Je voudrais dire que ce sont des plaisantins. Ils sont très frileux. Je me demande pourquoi ils n’ont pas mis mon nom en première position parce que force est de reconnaître aujourd’hui que  la première personne qui a demandé d’initier le débat pour le changement de la constitution en république de Guinée, c’était bien moi à la maison de la presse à Coléah? Cela est évident et il n’y a pas quelqu’un qui a cherché à motiver le changement de la constitution et même chercher les bases légales et dans les textes de droits temporels que dans les textes de droits divin. C’est en ce moment que je me suis basé sur la sourate Ash-Ashura qui parle de consultations. Et la constitution n’est rien d’autres que la consultation. Je suis allé au-delà. Je suis allé même dans la bible où le Dieu dit que plus le nombre de conseillers est grand, plus grand est le salut. C’est dans la bible, on peut le vérifier. Si je vois aujourd’hui maintenant qu’on fait la liste mais comme leur est extensible et peut changer à tout moment en fonction de leurs intérêts, s’ils devraient être logiques, ils devraient commencer par Alhousseny Makanéra Kaké, avant le premier ministre, avant le professeur Alpha Condé, avant n’importe qui. C’est moi qui ait été le premier à parler qu’il faut discuter de la constitution, de la modifier et ma position remonte même avant l’adoption de cette constitution de 2010 », a indiqué Alhoussein Makanéra Kaké.

A l’en croire, la constitution de 2010 a été faite pour retirer le pouvoir des mains de la junte militaire de l’époque.

« Je vous rappelle que nous étions dans une structure et on siégeait au bureau de Mamady Kaba qui était le président de l’INDH, à Bambéto. On s’est regroupés dans une structure qu’on appelait Forces Nationales (FONA). Nous avons rejeté vigoureusement la constitution de 2010 parce qu’elle n’a pas été adoptée par l’Assemblée nationale. Cette structure était présidée par Makona. Depuis cette date, on s’est opposés à cette constitution mais on nous a convaincu qu’entre plusieurs maux, il faut choisir le moindre. C’était un moyen de retirer le pouvoir des mains des militaires », a conclu l’ancien député.

Noumoukè S.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.