Makanéra sur la durée de la transition : « on a été trop pressé avec Dadis, il y a eu les évènements du 28 septembre »

Print Friendly, PDF & Email

Les opinions divergent en ce qui concerne la durée de la transition devant être conduite par le  Comité national pour le Rassemblement et le Développement (CNRD). Alors que le général Sékouba Konaté a suggéré 3 à 5 années à la junte pour une meilleure gestion de la Guinée et que la Communauté Économique Des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), elle, impose 6 mois de transition, l’ex-député Alhoussein Makanera Kaké a estimé dans une interview jeudi avec Mediaguinee que le CNRD devrait d’abord se fixer des objectifs à atteindre.

« Moi je pense que c’est des diversions. Fixons les objectifs, cherchons à définir les moyens pour atteindre ces objectifs avant de nous mettre dans un calendrier. Mais comment parler de calendrier lorsqu’on ne sait même pas ce qu’on veut faire. Moi, je pense que ce qui serait bon pour le CNRD, c’est de laisser le peuple s’exprimer. Parce que moi, je suis convaincu d’une chose quand-même, ce peuple-là n’est pas pressé. Parce qu’on a été trop pressé avec Dadis, il y a eu les évènements du 28 septembre. On a été trop pressé avec Sékouba Konaté, on a connu 4 mois entre le 1er  et le 2ème tour. Ce qui ne s’était jamais fait au monde. Cette fois-ci aussi, on veut être trop pressé jusqu’à mettre les charrues avant les bœufs », a-t-il estimé.

Les consultations étant en cours avec les forces vives de la nation, Makanera soutient que pour les faire aboutir, le peuple devra prendre son temps.

« Moi je pense, prenons notre temps, les consultations ont commencé, faisons en sorte que ces consultations aboutissent à la création des différentes structures qui seront des structures faîtières. Parce qu’on ne peut pas regrouper 300 partis pour discuter de quelque chose de sérieux. Aujourd’hui, nous avons l’ancienne opposition, nous avons l’ancienne majorité présidentielle. Il suffit tout simplement que ces deux blocs qui représentent 95% de la population guinéenne puissent désigner leurs représentants qui vont discuter d’une part avec le CNRD au pouvoir, d’autre part avec l’opposition pour définir les objectifs à atteindre et les moyens pour atteindre ces objectifs. C’est en ce moment qu’on peut parler de chronogramme. Et d’ailleurs, si le chronogramme est porté par les acteurs sociopolitiques, le CNRD sera à l’abri de la pression nationale comme internationale. À supposer que demain, connaissant les réalités du pays, surtout le passé, nous décidons que la transition soit de 3 ans ou même de 4 ans, c’est nous qui avons décidé. Est-ce que la communauté internationale va imposer une date au CNRD ? Est-ce la communauté internationale va dire que c’est le CNRD qui a décidé ? Mais même si le CNRD décide aujourd’hui 1 an, on peut leur dire 8 mois. Moi, je pense, laissons les acteurs les mieux concernés discuter de cette question et de proposer des dates au CNRD », dira-t-il.

Maciré Camara

1 Commentaire
  1. MANZO 11 mois il y a
    Repondre

    Ferme la, l’indigne!

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.