Malentendu entre conducteurs de taxi-motos à Siguiri : les sages s’impliquent dans la négociation

Print Friendly, PDF & Email

Ce mardi 22 mai 2018, le vestibule des Magassoubas de Siguiri était devant l’autorité administrative pour débattre de l’affaire des taxi-motos qui tourne depuis plus d’un mois dans la cité. Présidée par le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées, Sinè Magassouba, cette rencontre visait à ramener les différentes tendances au niveau des conducteurs de taxi-motos à de meilleur sentiment.

Prenant la parole pour la circonstance, il (secrétaire général chargé des collectivités décentralisées)  est revenu les réalités du passé en ces termes : ‘’Depuis le début de cette affaire, nous avons trop entendu et certains mêmes me disent que depuis que je suis venu, j’ai ouvert un autre bureau et qu’ils savent comment j’ai quitté Boké. Nous avons la voix des gens qui ont parlé’’, a-t-il.

De son côté, le porte-parole de la Confédération Nationale des Travailleurs de Guinée(CNTG), Abdoulaye N’daou est revenu sur la situation qui prévaut présentement. ‘’ A Kankan, il y a des bureaux de taxi-moto, à Kouroussa et à Mandiana la même chose, mais pourquoi pas à Siguiri ? Donc l’autorité doit être responsable’’, déclare-t-il.

Au cours de cette rencontre de négociation, les structures qui sont habilitées à promouvoir la paix et la quiétude sociale dont l’union mandingue, le djelitomba national, la société civile, les sages de la vestibule des Magassoubas, les secrétaires généraux des sections du RPG Arc-en-ciel et toutes les structures syndicales représentées à Siguiri  se sont montrés favorables à un climat de compréhension entre les groupes de conducteurs de taxi-motos.

Quant au djelitomba national, Mamadou Yö Kouyaté, il a mis l’occasion à profit pour remercier et féliciter les autorités de Siguiri pour le retour à la table de négociation. ‘’Le syndicat est appelé pour négocier. Donnons-nous la chance à la négociation car, on veut la paix à Siguiri et cultivons la paix…’’

Après les différentes interventions de part et d’autre, le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées a donné d’amples informations relatives à l’absence du préfet, El hadj Ibrahima Kalil keita à ladite rencontre en ces termes :

‘’Ce sont les étudiants de Siguiri à Conakry qui ont invité le préfet pour prendre part à une conférence-débat à l’Université de Kankan. C’est pourquoi le préfet est absent’’, explique-t-il.

Aux dernières nouvelles, les couloirs de la négociation restent engagés et d’autres rencontres pourraient se tenir dans les jours à venir.

Par Moussa Koutoubou Condé

+224622478601

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.