Mali/Elections : les Maliens vont tout de même aux urnes contre vents et marées !

Print Friendly, PDF & Email

L’heure est-il propice ou favorable à un quelconque scrutin en République du Mali ? En tout cas les autorités gouvernementales n’ont pas trop cherché à le savoir. Elles ont tenu à convoquer l’électorat ce dimanche 29 mars 2020 pour le compte des élections législatives sur toute la sphère géographique du pays. Des élections qui interviennent à un moment où le Mali est en proie à des violences de plusieurs années liées au terrorisme dans sa partie nord et centre, aussi et surtout à la menace pandémique du nouveau coronavirus qui continue à décimer des populations à l’échelle mondiale.

Bon-en, mal en, les Maliens sont une nouvelle fois face à leur destin ce dimanche et sont en passe d’écrire une nouvelle page de leur histoire. En ce sens qu’ils sont appelés à renouveler leur parlement par le biais des législatives. Un rendez-vous électoral aux grands enjeux certes, mais que quelques partis politiques et l’activiste professeur clément Dembélé ont demandé à reporter à cause de la forte menace sanitaire relative à la pandémie du nouveau Coronavirus qui a fait sa première victime ce samedi 28 mars 2020, aussi et surtout l’enlèvement du chef de file de l’opposition malienne Soumaïla Cissé, avant d’être libéré par ses ravisseurs d’une branche d’Al-Qaïda. Mais tout porte à croire que ces appels à ne pas voter ou à reporter le scrutin vu les réalités du terrain qui ne s’y prêteraient pas ne sont pas tombés dans les oreilles des gouvernants actuels puisque l’électorat est tout de même convoqué et tant soit peu, il est tenu d’accomplir ce devoir civique. Ce qui veut dire : ‘’le vin est tiré, il faut le boire’’.

Les électeurs ont à renouveler les 147 sièges du Parlement en deux tours, ce dimanche 29 mars et le 19 avril 2020.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08H00 dans ce plus grand centre de vote à Djicoroni Para Nada dans la commune 4 de Bamako. Ici, les électeurs viennent au compte-gouttes, il était 10h, et la cour de cette grande école était encore quasi vide. Le président de l’un des bureaux de vote, Dembélé Mahamadou, répondant à nos questions nous dit ceci : « Oui, on a commencé le travail à 08heures, les électeurs viennent au compte-gouttes. Mais je comprends, puisque nous sommes dans une situation sanitaire où les électeurs ne veulent pas prendre des risques pour venir accomplir leurs devoirs civiques. Tous les partis politiques sont présents, les choses se déroulent dans une meilleure condition » a-t-il conclu.

Il convient de préciser que les dispositifs sanitaires étaient visibles à l’entrée des bureaux de vote. A cela, il faut ajouter que la sécurité était aussi présente. Le plus remarquable dans cette atmosphère au moment où nous quittions les lieux, est le manque d’électeurs dans ce centre de vote qui, pourtant compte une trentaine de bureaux.

Moussa Oulen Traoré, correspondant à Bamako (Mali)

+223 91895637

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.