Mali : inactif pour cause de maladie, le correspondant de l’AGP et RTG laissé pour compte après 45 ans de service

Print Friendly, PDF & Email

Le doyen Ibrahima Kindi Mabel Diallo, du haut de ses 45 ans de service au compte de l’Etat, de correspondant de la Voix de la Révolution, et dernièrement correspondant de l’AGP et de la RTG, est depuis plus deux ans malade et inactif. Rencontré à Yimbering, son village natal, où il continue sa convalescence, le journaliste atteint de rhumatisme depuis décembre 2018, nous confie qu’il n’a bénéficié d’aucune aide de ses directions pour recouvrir sa santé.

« Depuis 1976, je travaille pour l’Etat guinéen. Donc 45 ans maintenant de service. Entre 1976 et 1984, j’étais le correspondant de la Voix de la Révolution, et après le correspondant de la RTG. Et depuis la renaissance de l’agence guinéenne de presse en 1985, je suis le correspondant de l’AGP et de la RTG. Malheureusement, depuis décembre 2018, je ne suis pas en activité pour des raisons de santé. Je souffre du rhumatisme osseux. Donc depuis ça, je cherche à recouvrer ma santé. Lorsque j’ai été terrassé par  la maladie, j’ai informé les deux directions nationales, mais elles ne m’ont apporté aucune aide matérielle ou financière. Elles n’ont pas pris l’initiative de me soutenir », explique Ibrahima Kindi Mabel Diallo.

Suite à cette situation, depuis deux ans, l’AGP et la RTG n’ont relayé presque pas les informations en provenance de la cité Loura.

« Au départ, lorsqu’on me demandait, je les renvoyais vers le correspondant régional Idrissa Sampiring, mais depuis que lui aussi il a jeté l’éponge, en ce qui concerne la RTG et l’AGP si c’est ne sont pas des envoyés spéciaux, personne ne couvre les évènements », nous confie-t-il.

Dans la foulée, notre interlocuteur n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur l‘administration qu’il qualifie d’ingrate.

« Les rois savent mal récompenser des services passés. Je pourrais dire que pratiquement que l’administration est ingrate. Celui qui a été sur le terrain avec les multiples difficultés, si ce dernier est frappé par une maladie, c’est comme une orange, on prend le jus et on jette la peau. Je n’ai pas un appel à lancer à une autorité. Je dirai à mes auditeurs dès que je récupèrerai, je reprendrai la plume et la voix pour essayer de faire corps et cœur avec eux », promet Ibrahima Kindi Mabel Diallo.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.