Mali: plus de 130 civils tués par des jihadistes présumés dans le centre

(FILES) In this file photo taken on March 20, 2021 a Malian soldier patrols the river bank in Konna as the Malian Prime Minister and his delegation visit the town in central Mali to attend the inauguration of the new river port, which was destroyed by bombing during the war in 2013. - Twin attacks in Mali this week have killed 16 soldiers and wounded 18, the army said late on March 22, 2022. The statement lifted the casualty toll of four soldiers dead and 17 injured in separate attacks by "terrorists" on March 21, 2022 in the east and centre of the conflict-torn country. (Photo by MICHELE CATTANI / AFP)
Print Friendly, PDF & Email

Plus de 130 civils ont été tués dans le centre du Mali lors d’attaques attribuées à des jihadistes affiliés à Al-Qaïda, un des pires massacres connus par le pays et le dernier en date d’une série de tueries en cours à travers le Sahel.

Des élus locaux ont rapporté des scènes de massacres systématiques perpétrés par des hommes en armes à Diallassagou et dans deux localités environnantes du cercle de Bankass dans le centre du pays, l’un des principaux foyers de la violence qui ensanglante le Sahel depuis des années. Le gouvernement a fait état de 132 morts qu’il a imputés à la Katiba Macina du prédicateur peul Amadou Kouffa, affiliée à Al-Qaïda.

Sorti lundi après-midi du silence alors que les informations alarmantes proliféraient depuis le week-end sur les réseaux sociaux, le gouvernement date les événements de la nuit de samedi à dimanche. D’autres les font remonter à vendredi.

Le chef de la junte au pouvoir depuis août 2020, le colonel Assimi Goïta, a décrété trois jours de deuil national.

Belga

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.