Malick Sankhon, le Premier Ministre qu’il faut au président Alpha Condé (Par Ibrahima Sanoh)

Print Friendly, PDF & Email

Le Président  Alpha Condé a initié  plusieurs réformes depuis 2010, certaines sont abouties et d’autres doivent être poursuivies. La croissance  économique  a été au rendez-vous malgré la faible diversification de notre économie et sa vulnérabilité  aux chocs exogènes. Plusieurs institutions devant  répartir  la richesse créée par la croissance économique engrangée au cours des dix dernières  années ont été créées sur les instructions du Président de la République.  Malgré ses ambitions, les efforts du Président de la République  ont été sapés par les manifestations successives, les grèves répétitives  et les crises sociales diverses.  L’absence de dialogue et la crise de confiance entre les différentes parties prenantes de la vie nationale ont été l’une  des causes de ces crises.  Par ailleurs,  la grande vision du Président  de la République  n’a pas bénéficié  de l’attention de ses ministres ; certaines de ses brillantes idées  n’ont pas été réalisées parce que ceux qui devaient les matérialiser  ne s’en sont pas appropriés.

Le Président Alpha Condé qui ambitionne de poursuivre ses chantiers de réformes, dont l’ambition est de diriger  autrement,  doit  nommer un Premier Ministre porteur de certaines qualités et  qui a le même sens de l’Etat que lui. Malick Sankhon ferait un excellent Premier Ministre et est  celui dont le Président  Alpha Condé a besoin comme Premier Ministre.

Son sens de l’État et son engagement politique 

Trois grands critères semblent justifier les nominations aux postes ministériels : le sens de l’État, l’engagement politique et la compétence.  Malick Sankhon s’est inscrit dans la vision du Président  Alpha Condé bien avant  l’avènement de ce dernier au pouvoir. La Cause Commune (LCC), parti politique  qu’il présidait, a été des premiers partis à soutenir la candidature du Président Alpha Condé à la présidentielle  de 2010.   Depuis, il n’a plus quitté le président de la République. Il lui est  resté loyal et  fidèle à sa vision.  Aussi, il s’est toujours battu pour sa victoire aux élections présidentielles de 2015 et 2020. Chaque fois,  il a donné le meilleur de lui  et a su mobiliser avec la COBAG.  Il a soutenu le projet de nouvelle constitution, la candidature du Président Condé à un autre mandat à  travers le congrès du parti dont l’organisation lui a été confiée. On sait qu’il l’a fait avec maestria car il aime le travail bien fait.

Son engagement  politique pour le rayonnement de la cause du RPG et la réussite des ambitions du Président  Alpha Condé n’est plus à prouver.  Il n’est pas venu au RPG pout jouir des faveurs du pouvoir, distribuer des responsabilités aux amis et copains, mais pour aider le Président Condé à réussir sa vision. Il l’a soutenu au moment où peu croyaient à son avènement au pouvoir : il n’avait pas fait acte de candidature.   Son sens de l’État et celui du Président  Alpha coïncident, il est de son école : celle du pragmatisme.  Alors qu’il n’est même pas Ministre, il a su multiplier des initiatives salutaires, jamais en son nom mais en celui du Président de la République dans diverses localités du pays,   et se montrer proche de ceux qui  font la force du RPG : les militants.   Il ne les traite pas avec mépris ou condescendance, mais avec respect, considération et dignité.

Son sens du consensus et du compromis 

 Sans son sens du compromis, sa force de négociation, certains alliés du  RPG à l’issue de la présidentielle de 2010 seraient partis et  auraient  gonflé les rangs de l’opposition. Il a fallu qu’il s’emploie à les convaincre à rester dans le RPG Arc-en-ciel. Au-delà de son parti, il  parle à tout le monde, même aux opposants les plus irréductibles au régime du Président  Alpha Condé. Avec tous, il sait engager l’échange  fructueux et se mettre d’accord sur l’essentiel : la Guinée. Ses qualités humaines lui valent d’être accepté par tous aussi bien par les fils  et filles de la Basse Côte que par ceux d’autres régions du pays en raison de sa simplicité, sa disponibilité, sa franchise, son ouverture d’esprit et sa générosité.  

A présent, une  bonne partie de l’opposition joue une politique réaliste. Elle reconnait la légalité et la légitimité du premier Président  de la   IVe République  et appelle au dialogue franc et sincère. Cela est un prélude à l’apaisement  et à la stabilité  politique gages de tout progrès.  Cette frange de l’opposition  accepte de ce  fait la main tendue du Président  Alpha Condé. Elle doit trouver en face un Premier Ministre rassurant,  prompt à   dialoguer avec toutes les entités sociales et politiques  et disposé à  créer un consensus fort sur les questions essentielles de la vie nationale  afin que les six prochaines années soient les plus paisibles possibles.  Malick Sankhon répond à ce critère. 

Ses compétences conceptuelle et technique

Il faut rappeler que Malick Sankhon connaît excellemment bien l’administration  guinéenne et a acquis  des compétences diverses en raison des différents postes de responsabilités qu’il a occupés.  Il a été conseiller  juridique aux Grands Projets, il a été  Directeur du protocole   du défunt Président de la  République Lansana Conté, il a été Secrétaire Général du Ministère  de l’Hôtellerie  et du Tourisme. Depuis 2010, il est le Directeur  Général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale.  Ses réformes à la tête de cette institution sont nombreuses :extension  et construction  de nouvelles structures  à N’Zérékoré , Kindia, Mamou, Dinguiraye,  Siguiri, Boké, etc.,  le renforcement des capacités  du personnel de la CNSS à travers le recrutement de nouvelles compétences aussi bien dans la diaspora qu’ailleurs , le partenariat et la coopération avec les centres hospitaliers et les institutions  de  sécurité sociale d’autres pays , la modernisation des infrastructures de la CNSS, l’acquisition des matériels sanitaires, chirurgicaux  de dernière génération au service de l’institution. Il a aussi amélioré les conditions de travail à la CNSS à travers la valorisation salariale et la modernisation de l’environnement de travail. C’est sa grande  vision qui a guidé toutes ces réformes.  C’est la même vision pragmatique qui guidera la réalisation des idées lumineuses que le Professeur  Alpha Condé ne cesse d’avoir et de présenter à diverses occasions. 

Il sait créer un environnement propice au travail et à l’atteinte des objectifs.  La  planification  stratégique  à laquelle il aime recourir lui permettra d’être efficace en tant que Premier Ministre.  Sa disponibilité  l’amènera à être sur tous les fronts et à suivre de près le contrôle  stratégique des chantiers et réformes. Il sera  un Premier Ministre  proche du peuple, au service  de la réalisation de la vision  du Président  de la République pour la gloire  de la Guinée et le  bien-être des Guinéens.

    Ibrahima Sanoh, citoyen guinéen

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.