Mamadou Sylla à propos de la nomination de Fodé Bangoura : ‘’nous remercions le chef de l’Etat qui commence à se bouger’’

Print Friendly, PDF & Email

Après la nomination de Fodé Bangoura au poste du secrétaire permanent du cadre permanent du dialogue politique et social, le chef de file de l’opposition a animé ce samedi, 22 mai 2021 pour apporter son soutien à l’un de ses collaborateurs (Fodé Bangoura) et lui exprimer toute sa sympathie. 

D’entrée, Elhadj Mamadou Sylla a commencé par remercier le Président de la République pour cette marque de confiance placée à son allié de longue date. « La première des choses, c’est de remercier le chef de l’Etat qui commence à se bouger en nommant hier un des conseillers de mon cabinet. On le remercie pour ce début de l’exécution qu’il est en train de mettre en place parce qu’on a toujours demandé que le cadre de dialogue soit mis en place. Vous savez, depuis le 27 janvier passé, le décret était sorti et je pense qu’on est au 5 ou 6ème mois bientôt. Donc, ça trop tardé avant de venir, mais pour faire du bien, rien est tard », a-t-il précisé.

Tout de même, il (chef de file de l’opposition parlementaire) pose des préalables avant de prendre part à ce dialogue. « Ce n’est pas comme ça qu’on doit participer à vrai dire. Il faut qu’on puisse voir exactement sur quoi dialoguer et quelles sont les différents points. C’est le rôle du secrétaire permanent. S’il sort ça et qu’on est sollicité officiellement, en ce moment, le cabinet se réunira puisque le cabinet comprend 2 groupes. Il y a les parlementaires et les extra-parlementaires. Donc on va toujours examiner avant de donner l’avis de notre participation. C’est clair qu’on ne peut pas aller au dialogue comme ça », dit-il.

Pour finir, dira-t-il, « nous, on a dit que tout ce qu’on combat, c’est tout ce que l’exécutif ne respect pas comme loi et les textes qui dorment dans les territoires. Donc une fois qu’une loi est là ou les textes, les conventions et les protocoles, il faut les exécuter. Sinon ça ne sert à rien de s’assoir et de perdre du temps plusieurs semaines ou mois avant d’obtenir un accord entre nous. L’exécutif doit comprendre quand il s’engage pour quelque chose de bien vouloir s’assurer de l’exécution de la chose. »

Mamadou Yaya Barry

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.