Mamou : malgré la cherté de la vie, la population s’active dans la préparation de la fête de Tabaski

Print Friendly, PDF & Email

A la veille de la fête de Tabaski, hommes et femmes veulent faire du plaisir à leurs familles, en achetant des habits de fête, des conditionnements pour le manger. Tous les articles sont chers, un complet prêt à porter d’une fillette de 3 ans se négocie à cent mille francs guinéens. Les vendeurs de bétail (moutons, chèvres), ne trouvant pas de preneurs à leurs places habituelles sont obligés de promener leurs bétails à travers les rues pour trouver des acheteurs. Un mouton moyen est vendu entre 900.000 et 1.500.000 francs guinéens.

Il faut signaler que malgré la sensibilisation liée à la covid-19, les gestes barrières ne sont pas respectées, les gens se promènent sans bavettes, la distanciation est méconnue, plusieurs personnes pensent que cette maladie n’est qu’une imagination.

A Mamou, déjà, 8 malades de covid-19 ont été enregistrés.

Avec la déclaration des affaires religieuses de célébrer la fête dans les mosquées et lieux publics, le pire est à craindre. Espérons que d’ici-là la population va prendre conscience du danger de la maladie et respecter les mesures barrières.

Ousmane Loppè Barry, correspondant à Mamou

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.