Mamou : la marche le l’opposition républicaine transformée en journée ville morte

Les responsables de l’opposition républicaine avaient prévu de faire une marche pacifique hier jeudi 8 novembre à Mamou pour protester contre ‘’les tueries à répétition, le non respect des accords politiques et la tentative d’assassinat contre le chef de file de l’opposition’’.

Mais contre toute toute attente, cette marche n’a pas eu lieu, car les organisateurs disent se conformer à leurs autres collègues par rapport aux jours de deuil déclarés par le leader de l’UFDG pour les jeunes tués par ‘’balle’’ mercredi dernier. Mais aussi et surtout l’interdiction faite par les autorités d’une quelconque manifestation de rue jusqu’à nouvel ordre. Finalement donc,  c’est une journée ville morte qui a été observe et qui a complètement paralysé les activités au niveau du centre ville.

Conséquences, toutes les boutiques,  magasins et places du grand marché sont restés fermés. Les activités dans les banques, sociétés de téléphonie et autres ont roulée au ralentis.

Interrogé, ce militant de l’UFDG se dit déçu du gouvernement d’Alpha Condé et promet de mobiliser les gens dès après les jours de deuil que ça soit accepté par les autorités ou pas. ‘’On était prêt pour la marche d’aujordhui. Mais on a appris qu’à Conakry, ça été reportée. Je suis déçu de ce gouvernement là. Les agents des forces de l’ordre ne font que tuer les gens comme des bœufs et c’est vraiment dommage. Je vais mobiliser les gens dès après les jours de deuil pour marcher dans tout Mamou. Que cela  soit autorisé par les autorités ou pas. Parce que ces gens là sont toujours comme ça, ils ne respectent pas leur engagement. La marche a été transformée en journée ville morte et je pense que ça  a bien réussie’’, a-t-dit.

Pour ce proche du parti au pouvoir, ces journées villes mortes n’ont rien de concret. Selon lui, les citoyens ont besoin de faire des achats. A l’en croire, Fermer les boutiques, magasins et autres ne fait que créer des problèmes aux populations guinéennes.

‘’Pourquoi l’opposition continue toujours à faire des marches ou des journées villes mortes. C’est pour fatiguer seulement la population, il n’y a rien de concret dans ça. Les gens vivent du jour au jour. Mais sortir ou fermer les boutiques à chaque fois, c’est méchant et je déplore cela’’, a-t-il mentionné.

Cette journée ville morte est la énième depuis le début d’installation des maires dans les communes. Les responsables de l’opposition à Mamou comptent emboîter les pas à chaque fois que leurs collègues de Conakry se lèvent. ‘’Pas de recule;  Nous irons jusqu’au bout’’ sont entre autres slogans qu’ils dissent.

Aïssata Camara, correspondante à Mamou

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email



Laisser un commentaire