Mamou : un jeune de 30 ans qui voulait abuser sexuellement de sa mère finit par la tuer à coups de machette

Print Friendly, PDF & Email

Dans l’après-midi du samedi 11 décembre 2021, c’est un jeune du nom d’Amadou Badimba Sow, 30 ans, qui est accusé d’avoir tué sa propre mère, à coups de machette. Selon les informations, l’incriminé aurait voulu abuser sexuellement de sa mère, du nom d’Aïssatou Penda Diakité. C’est lorsque cette dernière a refusé qu’il a mis un terme à ses jours. Les faits se sont produits à Koukouyah, district de Sitakoto, sous-préfecture d’Ourekaba, préfecture de Mamou. Rencontré hier lundi 13 décembre, le procureur du TPI de Mamou est revenu sur les faits.

 « Sur nos instructions, une mission de la brigade de recherche composée d’officiers et d’agents de police judicaire s’y est rendue pour procéder non seulement à des constatations mais aussi mener des enquêtes. A l’arrivée de la mission, le suspect principal répondant au nom d’Amadou Badimba Sow était déjà interpellé et se trouvait dans les locaux de la gendarmerie de Ourekaba. La victime s’appelait Aïssatou Penda Diakité. Suite aux premiers renseignements recueillis sur le terrain, le suspect était en compagnie de sa mère, lorsqu’il décida d’abuser d’elle sexuellement. Celle-ci ayant compris les agissements de son fils, a tenté de s’enfuir : Malheureusement, elle sera  rattrapée  par le suspect qui, sans aucune tergiversation, lui  a administré plusieurs coups  de machette. La victime succombait sur le champ à ses blessures », explique Elhadj Sidiki Camara.

Poursuivant, le procureur du TPI de Mamou précise que le suspect a été mis aux arrêts et a été longuement auditionné.

« Le suspect est déjà dans  les locaux de la brigade de recherche de la gendarmerie  et une enquête a été déjà ouverte pour des faits d’assassinat, une infraction prévue et punie par l’article 208 du code pénal. La machette supposée être l’arme du crime est déjà saisie », renchérit le procureur. 

Aux dernières  nouvelles, malgré son interpellation, le jeune  d’Amadou Badimba Sow continue de clamer son innocence. Affaire à suivre.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé

620 44 25 83

1 Commentaire
  1. MANZO CAMUS 5 mois il y a
    Repondre

    C’est juste des marques de confirmation qu’Allah a vraiment maudit ce peuple actuel vivant en Guinée.
    Et c’est pourquoi tous les signes annonciateurs d’une grande calamité s’enchainent de jour en jour😭.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.