Mamy Diaby fait son bilan aux Télécoms : parle-t-il vraiment de la Guinée ?

Print Friendly, PDF & Email

Moustapha Mamy Diaby a passé le témoin jeudi à son successeur qui n’est autre que Koulibaly Oumar Said. Le désormais ministre à la Présidence chargé de Missions en a profité pour dérouler son son bilan. Selon ses dires, il est élogieux. Mais à vivre les faits, l’on se demande finalement de quelle Guinée parle Diaby ? Tant les choses se sont dégradées sous sa direction : échec de relance de la société nationale, travailleurs désemparés, internet coûteux, Postes non compétitives…

Mediaguinee vous propose en intégralité son discours qui fait tilt…

Conakry, le 25 juin 2020

Monsieur le Ministre, Secrétaire Général du Gouvernement,

Mon jeune frère Oumar Said Koulibaly, Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique,

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de commencer mon propos en exprimant à S.E. Mr le Président de la République toute ma gratitude et ma reconnaissance pour la confiance qu’il m’a accordée depuis notre première rencontre à Dakar en 2005 où j’étais fonctionnaire international, formateur à l’école supérieure multinationale des télécommunications.

Lors de cette première rencontre il m’a demandé d’accepter de rentrer en Guinée pour travailler pour la nation, à ses côtés, quand il accédera au pouvoir.

En 2010, lors de son accession à la magistrature suprême de notre pays j’étais Fonctionnaire International chargé des Politiques de télécommunications et TIC à la commission de l’Union Africaine, à Addis Abeba. C’est alors que Mr le Président m’a demandé de rentrer pour apporter humblement mes compétences au service de notre nation dans le domaine des Télécommunications et TIC.

En patriote et homme de parole, je suis rentré servir mon pays dans sa quête de développement et de bien être pour nos compatriotes.

En 2011, nous avons trouvé un secteur des télécommunications désorganisé, non régulé et dont la contribution au bien-être des citoyens et au trésor public était très mitigé et marginal.

Malgré un environnement très hostile, nous avons réorganisé l’autorité de régulation des Postes et Télécommunications afin qu’elle soit un interlocuteur crédible des investisseurs, un conseiller averti du gouvernement et un protecteur vigilant et impartial des populations. Ce pari a été gagné par une équipe jeune, dynamique et porteuse de valeurs qui font la fierté d’une nation.

Nous avons, entre autres, mis en œuvre les grands chantiers suivants :

  • L’assainissement et le réalignement des licences en cours en y associant des obligations d’investissement pour une meilleure couverture du territoire national afin de gagner le pari de l’accès universel dans les télécommunications (téléphonie et internet).
  • La mesure et la publication des résultats semestriels sur la qualité et la couverture des réseaux des différents opérateurs.
  • L’optimisation et la transparence dans l’utilisation des ressources spectrales et de numérotation.
  • Le changement du plan de numérisation dans le secteur des Télécommunications et TIC pour donner une visibilité sur des décennies et une transparence absolue.
  • La professionnalisation du personnel, des outils et des méthodes de travail.
  • La sécurisation des ressources publiques issues du secteur des télécommunications et TIC. Les revenus de l’Etat ont été multipliés par plus de 10.
  • Les tarifs des produits et services ont été maintenus aux niveaux les plus bas du continent.
  • La participation du Régulateur à toutes activités des institutions régionales et internationales spécialisées, pour présenter et défendre les positions de la Guinée.

 

Puis en 2016, nommé Ministre en charge des Postes, Télécommunications et de l’Economie numérique, nous avons, avec une équipe dynamique, ouvert les chantiers de réformes légales et réglementaires, la mise en place de structures spécialisées et la bataille pour le positionnement international de la Guinée dans l’écosystème du numérique.

Dans le cadre de l’attractivité de la Guinée, nous avons amélioré le cadre réglementaire par :

  • La transposition des actes communautaires (CEDEAO, Union Africaine).
  • La promulgation de la loi sur la cyber sécurité et la protection des données à caractère personnel.
  • La promulgation de la loi sur les transactions électroniques.
  • La promulgation de la loi sur le secteur des Postes.
  • La ratification de la convention africaine (convention de Malabo) sur la cyber sécurité
  • L’organisation de la semaine nationale de l’entrepreneuriat dans le numérique, pour donner les opportunités et les envies de création et d’entreprendre en toute autonomie.

Sur le plan international, nous avons renforcé et consolidé la position de la Guinée au niveau de l’Union Internationale des Télécommunications, l’Alliance Smart Africa et avons contribué à une meilleure coordination des positions africaines au niveau des instances internationales.

La Guinée coordonne, au nom de l’Afrique, l’interconnexion des réseaux de tous les pays pour réduire les coûts de transit et accélérer l’intégration.

La Guinée devait  abriter l’édition 2020 du Sommet Transforme Africa, qui est la grande rencontre dans ce domaine en Afrique. Ce sommet a été reporté pour cause de pandémie du coronavirus.

En termes de résultats nets, il est important de noter, entre autres, ce qui suit :

  • Le taux de pénétration de la téléphonie est passé de 18% à 102%.
  • Le taux de couverture du territoire national est passé d’environ 15% à plus de 80%.
  • Le taux de pénétration de l’Internet est passé de 0,1% à près de 40%.
  • Cent trente-deux (132) écoles, universités et centres de formation professionnelle ont été équipés en centres informatiques polyvalents avec une autonomie énergétique.
  • Vingt (20) centres d’autonomisation des femmes ont été équipés en centres informatiques polyvalents pour améliorer la capacité de création et de production des femmes et filles.
  • Les services de transfert d’argent sont accessibles par toute la population.
  • Des projets structurants sont en cours de mise en œuvre (backbone national, Data Center, Interconnection régionale, etc.).
  • La lutte permanente contre les fraudes de tous genres a été permanente.
  • Les ressources mobilisées dans le cadre de l’accès universel et de la formation ont été sécurisées. Ces ressources qui font l’objet de convoitises ne doivent être utilisées que dans les limites prévues par les textes et cela dans l’intérêt des populations.

 

Pendant toutes ces années, les relations avec les opérateurs n’ont pas été faciles à cause de la pression continue que nous exerçons sur eux pour satisfaire des promesses et contraintes politiques sans parfois tenir compte des réalités économiques du secteur privé.

L’équilibre entre un environnement administratif ambitieux et un monde privé retissant nous met souvent dans des situations peu enviables.

Les coups subis, le plus souvent de la part de personnes se réclamant du gouvernement ou proches de celui-ci ont été fréquents et nous ont parfois aidé à nous endurcir tout en gardant l’engagement patriotique, le professionnalisme et le sens de l’honneur.

Je sais qu’il n’est pas coutume de dire certaines choses dans un discours de passation, mais j’ai entendu tant de choses qui me poussent à apporter  la lumière aux personnes justes, en y répondant ouvertement.

En effet, mes valeurs m’interdisent de passer sous silence ces allégations en prétendant les ignorer. Par conséquent, par respect pour mon éducation, mes principes, mes convictions et la confiance qui m’est accordée par Monsieur le Président, je veux ici confirmer de façon solennelle que jamais  je n’ai bénéficié d’une quelconque largesse ou permis même une quelconque discussion douteuse avec  les acteurs  directs ou indirects du secteur des Télécommunications et TIC.

J’ai fait un point d’honneur, d’honorer la confiance qui m’a été donnée de travailler pour mon pays mais plus que tout d’honorer les valeurs et  l’éducation transmises par ma famille.

Pour rappel, la presse se souviendra de l’assignation que j’ai posée à l’endroit de journalistes de la place qui avaient porté de fausses accusations me concernant. D’ailleurs ces derniers n’ont été que le relai de personnes basses.

Je voudrais ici réitérer ma conviction que la corruption est la base de tous les maux qui rongent et retarde nos économies en développement et enracinent la mauvaise gouvernance.

Ingénieur de Télécommunications, il est à mon humble avis essentiel de dire que le secteur des télécommunications ne devrait pas être regardé seulement sous l’angle du pourvoyeur de recettes, mais en catalyseur des autres secteurs économiques (Agriculture, Elevage, Pêche, Santé, Education, Industrie, etc.) pour améliorer les chaînes de production, de distribution et de consommation des biens et services et surtout l’amélioration du bien-être des populations, car le monde change et il sera de plus en plus numérique. L’apparition de la COVID19 nous a largement édifié.

Au cours des années à venir, le secteur du numérique connaîtra des restructurations à travers des fusions et acquisitions pour mieux consolider les positions, optimiser les investissements afin de diversifier les services. Les acteurs qui ne s’adapteront pas disparaîtront.

Les marchés doivent se décloisonner pour rester compétitifs. L’Afrique doit gagner le pari du marché commun du numérique prôné par l’Alliance Smart Africa.

Les gouvernements africains doivent privilégier les solutions domestiques pour la numérisation des prestations à tous les niveaux et disposer de bases de données localisées pour assurer la souveraineté nationale et régionale sur les données statistiques, les données sur les populations, les industries et les données stratégiques.

Les chantiers sont nombreux et les défis pour la Guinée et l’Afrique sont immenses. Une mobilisation de toutes les énergies positives Africaines est nécessaire pour faire de la zone de libre échange continentale une réalité.

Pour ma part, je reste convaincu et engagé à apporter ma contribution à la mise en œuvre des différents agendas Africains pour transformer positivement la vie des peuples de notre continent en général et de notre pays en particulier.

Je voudrais remercier Mr le Président de la république pour le soutien et la confiance pendant toutes ces années car je ne connaissais pas l’administration publique de notre pays et ses contraintes de tous genres. J’ai appris et beaucoup appris, mais sans faille j’ai servi et servirai avec loyauté mon pays. Ne souhaitant aucun compromis m’a souvent valu d’être traité de hautain.

A mes collègues, à tous les niveaux, je voudrais louer leur collaboration franche et enrichissante.

J’espère modestement avoir réussi à partager mes expériences acquises dans l’industrie, l’académie, le conseil et la coordination à l’échelle continentale, ma passion du travail bien fait et du respect des engagements.

Sachez Mesdames et Messieurs, que je suis heureux de savoir que de cette Jeune équipe que nous avons mise en place en 2011 a su produire beaucoup de talents. A titre d’exemple, deux dirigent l’ARPT, et aujourd’hui un est nommé au poste Politique de Ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie Numérique.

Aux acteurs privés, mes encouragements pour continuer à croire en la Guinée et faire les investissements nécessaires à leur épanouissement.

A ma famille et mes amis, qui n’ont pas bénéficié de ma présence pendant cette période, je voudrais vous exprimer ma reconnaissance pour votre amour et votre patience. Je ne serai pas l’homme que je suis sans les valeurs que m’ont données mes parents, valeurs que je souhaite transmettre à mon tour à la jeune génération.

Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.