Mandat d’arrêt contre Domingos : le PAIGC muscle sa réplique à Embaló (copie)

Print Friendly, PDF & Email

Le président de Guinée-Bissau Umaro Sissoco Embaló entame son mandat avec des soubresauts. Après avoir échoué à dissoudre l’Assemblée nationale, Embaló s’en prend maintenant à son principal opposant Domingos Simões Pereira, président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et ancien Premier ministre, qu’il veut voir rester à l’exil. Ce dernier -qui était à Conakry mardi dernier à l’investiture du président Alpha Condé au palais Mohammed V- est désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt  dans le cadre de la disparition présumée, en 2014, d’une somme d’argent (estimée à plusieurs milliards F CFA) versée au pays par le Fonds monétaire international (FMI).

Après une réunion d’urgence, la commission permanente du PAIGC a déclaré vendredi que le mandat d’arrêt émis par le procureur de la République Fernando Gomes est “une tentative d’intimidation” de son président du Parti après que celui-ci ait annoncé son retour au pays. Le parti dominant de Guinée-Bissau parle d’acte inacceptable et alerte la communauté internationale sur les conséquences de cette ‘’décision irresponsable’’ du procureur.

Dans une récente interview à la chaîne allemande la Deutsche Welle (DW), le challenger de Embaló à l’élection présidentielle de 2019 a promis de rentrer dans son pays “le moment venu” et que nul ne peut l’en empêcher.

Ousmane Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.