Mandian Sidibé, DG de l’OGP : « j’ai trouvé que les agences de Mamou, Kindia et Boké étaient fermées »

Print Friendly, PDF & Email

Comme nous l’annoncions, les nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’Office Guinéen de Publicité (OGP) ont été installés vendredi, 13 mai, à Conakry. Au cours de cette cérémonie d’installation qui a regroupé plusieurs personnalités, le directeur général de ladite structure Mandian Sidibé a dressé un tableau sombre de la gestion antérieure.

Il y a à la tête de ce Conseil d’Administration, un frère et un ami de longue date, Elhadj Thierno Mamadou Bah

A l’entame de son intervention, il a d’abord adressé ses vifs remerciements au président de la transition, Colonel Mamadi Doumbouya en ces termes : « Distingués invités en vos rangs et qualités. Qu’il vous plaise en ce jour mémorable de bien vouloir remercier avec moi son Excellence Monsieur le président de la transition qui, d’abord m’a honoré de sa confiance pour me nommer dans les fonctions de Directeur général de l’Office Guinéen de Publicité (OGP), le 15 décembre 2021. Ma famille biologique et moi sommes très reconnaissants à l’endroit de Monsieur le Président de la République, et nous nous engageons à mériter sa confiance. Ceci dit, ce jour, je le disais tantôt est un jour mémorable d’autant plus qu’il concède la mise en place des membres du nouveau conseil d’administration de l’OGP qui ont bénéficié également de la confiance du Président de la République. Vous conviendrez avec moi que depuis le 5 septembre 2021, notre pays a tourné une page de son histoire pour se tourner vers une transition que nous désirons tous réussie et apaisée. C’est justement dans cette logique que l’OGP qui est à la fois un organe de régulation mais également une régie bénéficie aujourd’hui de l’attention soutenue de Monsieur le Président de la République, en nous dotant de nouveaux membres du Conseil d’Administration de l’OGP. Il y a à la tête du conseil, un ami, un frère et un ami de longue date, Elhadj Thierno Mamadou Bah », dira-t-il entre autres tout en rendant un hommage mérité aux membres du Conseil d’Administration sortant.

Vis-à-vis des impôts par exemple, je suis actuellement assujetti à un redressement fiscal d’environ trois milliards de francs guinéens que j’ai trouvés et je suis sommé par la direction générale des impôts de payer sans délai

« Je me dois de rappeler ici qu’après ma prise de fonctions le 16 décembre 2021, le chantier que nous avons trouvé était gigantesque. Et il fallait sans tarder s’attaquer au travail. Le premier travail a consisté d’abord à procéder à l’entretien d’urgence des locaux. Les anciens membres savent dans quel état délabré j’ai trouvé les locaux de l’OGP. Donc, la nouvelle physionomie que vous avez trouvée est à l’actif de mon dynamique DGA et de toute l’équipe de l’OGP qui ont accepté de m’accompagner. Et après l’entretien d’urgence, nous avons mis en place un système de digitalisation qui suit son cours normal à ce jour. Parce que nous avons constaté qu’il y avait trop de déperditions, il y avait trop de pertes. Les agents négociaient avec les clients et cela causait des préjudices incommensurables au fonctionnement de l’OGP. Ce qui fait que j’ai hérité d’un lourd crédit. Vis-à-vis des impôts par exemple, je suis actuellement assujetti à un redressement fiscal d’environ trois milliards de francs guinéens que j’ai trouvés et je suis sommé par la direction générale des impôts de payer sans délai. Ce qui peut être préjudiciable pour le fonctionnement d’autant plus que cela n’était pas prévu dans le budget exercice 2022. Je suis actuellement confronté à cette épineuse difficulté. »

Dans les archives de l’OGP, il est clairement mentionné avec reçus à l’appui que l’OGP s’est acquitté du loyer qui est de 8 000 dollars par mois au Patrimoine bâti public. Mais, ces reçus-là, confrontés à ceux existants au niveau du patrimoine bâti, révèlent qu’aucun paiement n’a été fait

Poursuivant, il a tenu à préciser : « L’autre difficulté, c’est bien sûr le loyer. Dans les archives de l’OGP, il est clairement mentionné avec reçus à l’appui que l’OGP s’est acquitté du loyer qui est de 8 000 dollars par mois au Patrimoine bâti public. Mais ces reçus-là, confrontés à ceux existants au niveau du patrimoine bâti, révèlent qu’aucun paiement n’a été fait.

J’ai trouvé que des agences de Mamou, de Kindia et de Boké étaient fermées, quand bien même il y avait du potentiel dans ces préfectures

Et nous nous trouvons actuellement endettés à hauteur de 91.000 dollars vis-à-vis du patrimoine bâti. En plus, j’ai trouvé que des agences de Mamou, de Kindia et de Boké étaient fermées, quand bien même il y avait du potentiel dans ces préfectures. Donc, je me suis attelé à la réouverture de ces agences. Si on ajoute à cela la digitalisation, tout ceci engendre inéluctablement des recrutements auxquels j’ai procédé après avoir d’abord recruté des stagiaires et qui, actuellement nous sommes en train de convertir en travailleur CDD. »

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.