Manif à Mamou : neuf (09) jeunes arrêtés par la police (Commissaire Divisionnaire)

Print Friendly, PDF & Email

Comme nous vous l’annoncions ce matin, les jeunes de Mamou notamment ceux des quartiers Petel, Horè fellô et Almamya sont massivement sortis pour manifester, tard la nuit. C’est à 23 heures précisément que les jeunes de ces différents quartiers ont commencé leur protestation. Les manifestants ont brûlés des pneus, des tables du marché M’Balia incendiées et une voiture qui était en panne dans un garage a aussi été incendiée et de l’huile versée sur la chaussée.


Les autorités ont pu mettre la main sur neuf personnes qui seront déférées devant les tribunaux.
L’annonce de cette arrestation à été faite par le commissaire Divisionnaire de la police de Mamou, au cours d’un entretien avec notre correspondant.

« Hier nuit, aux environs de 23 heures, on a été appelé par des citoyens qui nous ont dit que des jeunes se sont permis d’aller barricader sur les axes du côté de Petel, notamment la route qui mène vers Labé et Kankan et au niveau du pont. Egalement, sur la route de Conakry, des jeunes ont érigés des barricades. Aussitôt, on a informé l’autorité et, en synergie d’actions, la gendarmerie, la police et la BAC, nous avons mené une mission commune pour aller déblayer, enlever les barricades. Et, arrivés sur les lieux, on a trouvé des jeunes, ils ont résistés devant les forces de l’ordre. Mais, on a réussi à mettre main sur neuf jeunes. On a demandé aux autorités si elles ont des informations autour de cette manifestation des jeunes ? Toutes les autorités ont dit qu’elles n’ont aucune information. Au niveau de la société civile, les gens ont aussi dit qu’ils n’ont aucune information. Donc, ce sont des bandits qui ont réussi à fatiguer les citoyens. Ainsi, on a mis main sur 9 jeunes qui sont en train d’être écoutés. Et ils seront déposés au niveau de monsieur le procureur… Les enquêtes sont ouvertes et tous ceux qui sont de près ou de loin liés à ça, vont répondre devant monsieur le procureur. Parce que, nous sommes dans un Etat de droit et donc, force restera toujours à la loi », a confié Souleymane Sidibé, commissaire divisionnaire.

De Mamou, Jacques kamano pour Médiaguinée.org

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.