Manif programmée du FNDC : les femmes de la société civile haussent le ton

Print Friendly, PDF & Email

En conférence de presse ce jeudi, 9 juillet 2020, à la maison commune des journalistes, le réseau des organisations féminines de la société civile a, à travers la présidente de la Coalition des Femmes et Filles de Guinée (COFFIG), annoncé sa désolidarisation de tout mouvement de regroupement de personnes en cette période de pandémie du coronavirus.

Une sortie qui intervient alors que le front nationale pour la défense de la constitution (FNDC) projette une manifestation le 20 juillet prochain ‘’pour demander le départ du président Alpha Condé’’.

« Je pense que pendant la pandémie, il faut éviter les regroupements. A moins qu’on prenne toutes les dispositions pour respecter les gestes barrières. Parce que c’est une grave maladie qui tue. Après la mort, vous avez quoi ? C’est une priorité absolue. Si vous pouvez manifester en respectant les gestes barrières, pourquoi pas ? Mais des foules de milliers de personnes, pour respecter les gestes barrières, ça va être un peu une organisation d’enfer », dit Dr Makalé Traoré.

Si cette manifestation se passait, la présidente de la COFFIG invite les acteurs à tout faire pour éviter les violences au cours de cette protestation politique.

« La manifestation est un droit. Ce que nous demandons aux manifestants, c’est de manifester dans les conditions permises par la loi. Vous savez, la loi est dure, mais elle doit être la même pour tous. Autant on a le droit de manifester selon notre constitution, autant on n’a pas le droit de casser le peu de biens que nous avons. Et porter atteinte aux biens des privés qui n’ont rien à avoir avec l’Etat et qui ont souffert pour obtenir ces choses-là », dira-t-elle.

Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.