Tirs à la prison civile de Labé : un prisonnier poignardé, et si c’était à cause de 20 mille fg

Print Friendly, PDF & Email

Dans la matinée de ce samedi 27 janvier, deux détenus de la Maison d’arrêt de Labé, sise au quartier Kouroula 2, se sont violemment affrontés. Bilan : un blessé grave, a confié un Mediaguinee un citoyen qui a requis l’anonymat.

Selon nos informations, cette altercation s’est produite entre le Chef d’une cellule et le responsable de la cour à cause d’un partage de 20 mille fg offerts par un régisseur. Une somme obtenue après que ce dernier ait fait payer une somme de 250 mille à un citoyen qui voulait rendre visite à un parent.

Selon notre interlocuteur, c’est le partage mal fait qui a conduit à la situation qu’on a vécue avec un prisonnier grièvement blessé à l’aide d’un couteau.

Dans la foulée, les détenus ont manifesté. Pour ainsi maîtriser la situation et éviter une évasion, les gardes pénitentiaires, épaulées par la gendarmerie, ont fait usage du gaz lacrymogène.

« Ce matin, ce sont les tirs de gaz lacrymogène qui m’ont réveillé, dès que je suis sorti de la Cour, j’ai constaté une forte mobilisation des services de sécurité, j’ai demandé à l’un de mes grands qui est un gardien de la prison, il m’a dit que les prisonniers se sont affrontés entre eux à cause de 20 mille fg, l’un d’eux a blessé un autre à l’aide d’un couteau. La victime est à l’hôpital m’a t’il dit”, explique notre source, ajoutant que c’est le ”régisseur qui leur a donné cet argent après qu’un monsieur est venu payer 250 mille fg comme frais de visite à son fils. L’argent a été selon les détenus mal partagé, lorsque l’un d’entre eux a manifesté contre ce mauvais partage, il a été poignardé par son ami.

Interrogé sur la situation, le gouverneur de Labé Sadou Keïta a indiqué que ‘’ce sont les grands bandits qui manifestaient, les coupeurs de route, certains disent que ce sont les militaires mais ce n’est pas ça”. L

Sur les raisons réelles du soulèvement, le gouverneur de région nous renvoit chez le procureur.

Aux dernières nouvelles, la situation est maîtrisée, mais la route menant à la prison civile reste bloquée par les services de sécurité”, conclut-il.  Affaire à suivre.

Tidiane Diallo correspond régional à Labé

620 44 25 83

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.