Manifestation de rue à Yomou : les jeunes de la commune urbaine ne veulent pas d’un député-maire

Print Friendly, PDF & Email

Plusieurs jeunes de la préfecture de Yomou ont envahi la ville ce samedi 18 juillet 2020 pour revendiquer l’installation d’un nouveau Maire de la commune urbaine en lieu et place du Maire également député à l’Assemblée nationale. Ils disent non à un cumul de fonctions.

C’est une guerre de succession qui fait rage actuellement et irrite plus d’un jeune à Yomou. Et pour manifester leur colère, des jeunes ont investi les rues. Pour cause, ils ne veulent du vide laissé par le maire Mathieu Kpoghomou déjà élu député à l’hémicycle. Le point d’achoppement est que les meneurs de ce mouvement de protestation argumentent que le désormais député-maire Mathieu Kpoghomou aurait désigné son deuxième vice-maire comme intérimaire alors que le premier vice-maire Marcel Théo Doualamou chôme. Pour rappel, le lundi 13 juillet dernier, une rencontre entre les conseillers avait eu lieu au sein dans les locaux de la mairie pour expliquer des textes de lois des collectivités. A cet effet, le premier vice-maire a été désigné par ses pairs au cours d’un vote. A l’occasion, sur 17 conseillers, 9 ont voté favorablement Marcel Théo Doualamou. Mais un blocus aurait été constaté pour son s’installation, ce qui serait à l’origine   de la colère de ses partisans à descendre dans les rues, nous apprennent des sources sur place.

Selon Pascal Balamou, « Ce mouvement a pour objectif d’installer le premier vice-maire non seulement, mais aussi c’est une manifestation positive pour faire jaillir la vérité, la justice à Yomou. Nous ne sommes contre personne sauf le mensonge, le détournement et le vol. On ne peut pas suivre deux lièvres à la fois, on veut le cachet. »

Pour Blandine Kpoghomou, : « Nous ne voulons pas un député-maire. Nous voulons Marcel Théo comme maire. »

Thérèse Doualamou quant à elle, apporte son soutien au mouvement pour le maintien de la paix estime-elle. Joint au téléphone, le député-maire Mathieu a balayé d’un revers de main les accusations portées contre sa personne. A en croire ses propos, : ‹‹ Le premier vice-maire défonce une porte qui lui est largement ouverte, nous sommes régis par une loi organique qui est le code des collectivités, y a eu trop de mensonge, je n’ai jamais désigné le deuxième maire ni lui remettre mon cachet. Le premier vice-maire n’a qu’à rester au bureau seulement, c’est son travail mais il ne peut pas chômer pendant huit mois et venir revendiquer, puisqu’il a choisi avec ces partis de l’opposition de braver l’autorité, c’est une stratégie pour le premier vice-maire d’implanter un parti à Yomou avec des intrus qui n’ont rien à avoir dans le fonctionnement de la mairie pour la désignation d’un successeur. Le conseil communal a l’obligation de se tourner vers le code des collectivités.››       

EdyFanta Loua, correspondant à Yomou                 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.