Macenta : les manifestants seraient-ils manipulés ? C’est ce qu’estime le maire…

Print Friendly, PDF & Email

Les jeunes de la commune urbaine de Macenta ont à nouveau battu le pavé ce lundi 17 août 2020 pour réclamer des autorités communales la construction des voiries urbaines de leur cité. Joint au téléphone ce mardi 18 août par notre rédaction, le maire de la commune pense que ce sont des jeunes manipulés qui ont investi les rues.

« Réclamer la route, c’est dans l’intérêt de tous les citoyens de Macenta. Vous savez, c’est une partie de la jeunesse du quartier Mohamed 5, une minorité. Ils ont fait la première marche, ils étaient un peu nombreux, mais aujourd’hui leur groupe est divisé parce qu’ils étaient contre le maire, et les autres ont dit qu’ils n’étaient pas dans cette logique. Sincèrement ils étaient insignifiants, au moins une cinquantaine de personnes.

Ils n’avaient pas d’objectif, et c’est pourquoi même les autres se sont retirés quand ils ont compris qu’ils sont contre le maire », a expliqué Enégo Guilavogui.

A la question de savoir si cette marche était une manipulation, le maire répond.

« C’est connu de tous que cette marche est une manipulation. Même hier, nous étions avec les jeunes. Je leur ai dit qu’on dirait que vous recevez des coups d’appels par-ci et par-là. Il y’a parmi eux qui ont dit exactement Monsieur le maire nous avons des coups d’appels, mais nous n’allons jamais accepter de se comporter ainsi. Ce qui est clair », a précisé notre interlocuteur.

Des propos rejetés du revers de la main par un des meneurs de cette marche que nous avons également joint au téléphone.

« C’est ce qu’il pense et ce n’est pas ce que nous, nous pensons. La marche est vraiment citoyenne et pacifique. Aujourd’hui nous sommes trompés par les fils ressortissants de la préfecture qui sont auprès du Président. C’est donc la seule façon de se faire entendre. Et nous comptons bien se faire entendre si les autorités communales ne prennent pas nos préoccupations en compte », nous a signifié ce jeune manifestant qui a requis l’anonymat.

Amara Souza Soumaoro, correspondant à N’Zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.