MATD : le C.A du SNAPE a tenu son premier conseil

Print Friendly, PDF & Email

Le Service National d’Aménagement des Points d’Eaux (SNAPE) a pour souci fondamental l’amélioration de l’adduction d’eau potable en milieu rural.  Pour cela, il  se fixe pour priorité d’offrir de l’eau de qualité à toutes les localités ayant plus de 1.000 habitants. Ainsi, pour joindre l’utile à l’agréable, les membres du Conseil d’Administration dudit ont tenu  ce lundi 4 juillet 2022, leur tout premier conseil. Ce,  après leur mise en place récemment par un décret présidentiel.

Selon les ODD objectifs pour le développement durable vision 2030, les besoins en eau potable des zones rurales en Guinée sont estimés à plus de 17.722 points d’eau soient 2.191 points d’eau modernes par an pour un coût estimé à près de 226. 433. 290. 000 FG ;

A l’ouverture de ce premier conseil du C.A du SNAPE, le Directeur général, Aladj Fodé Kaba s’est réjoui de la démarche, avant d’indiquer : « je souhaite qu’après ce conseil, nous puissions vraiment relancer les activités du SNAPE. Nos priorités sont nombreuses, mais nous envisageons à réhabiliter les forages que nous avons à l’intérieur du pays. Mais également faire de nouveaux forages aussi parce qu’à l’intérieur du pays, les populations souffrent beaucoup pour avoir de l’eau potable. Donc aider nos compatriotes qui ont des problèmes pour obtenir de l’eau…».

Poursuivant, il dira que tout est priorité au niveau de son service. « Il faut que toutes les villes à l’intérieur du pays reçoivent des forages et des adductions d’eau », a-t-il dit en substance.

De son côté, le président du Conseil d’Administration, Sékou Sacko a fait savoir que dans le fonctionnement du SNAPE, la mission qui est allouée au conseil d’Administration est la mission d’ordonnance et de contrôle.

« Au delà de cela, nous avons engagé une synergie d’action au tour de la direction en tenant compte de la cartographie des urgences pour que nous puissions aller rapidement au dépannage des forages qui sont déjà en panne. Il y a  des forages qui s’arrêtent pour une panne de quarante mille francs et  la localité se retrouve sans eau. Aujourd’hui, il y a des femmes qui parcours plus de deux kilomètres pour chercher de l’eau, parfois impropre à la consommation. Donc notre mission, c’est de faire en sorte que la donne soit changée. Cela est une priorité du chef de l’Etat, Colonel Mamadi Doumbouya avant la fin de cette transition », a-t-il mentionné.  

Kalifatou

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.