Mauro Sidibé (AFC) : ‘’j’ai décidé de ne pas faire de recours à la Cour constitutionnelle…’’

Print Friendly, PDF & Email

Le leader de l’Alliance des forces du changement (AFC) Dr Mandjouf Mauro Sidibé, déclaré perdant de la présidentielle du 18 octobre a confié lundi, depuis Kankan, à Mediaguinee que son parti ne déposera pas de recours à la Cour constitutionnelle, désapprouvé l’appel à manifester de l’UFDG mais dit rester au sein du collectif des 10 candidats. Rejetant ainsi les propos de Abdoulaye Kouroumah du RRD et Cie qui soutenaient que l’AFC a quitté le collectif des 10. Réaction…

« Moi j’ai appris en même temps que vous. On a dit que mon directeur de campagne était là-bas. Je l’ai appelé, il a dit qu’il n’était pas là-bas. Donc je crois qu’il a vérifié auprès des organisateurs. (…) Donc moi je n’étais pas là, je ne sais rien et je n’ai pas envoyé de représentant. Ils ont organisé ça à leur niveau là-bas.   

La déclaration [du collectif des 10 candidats] on l’a signée. Et cette déclaration concernait quoi ? La visite de la CEDEAO, ce groupe-là, on a fustigé son passage ici parce qu’ils ont dit qu’ils ont rencontré les candidats alors qu’ils n’ont rencontré que deux. On a condamné ensemble, on a rejeté ensemble les résultats, on a mis en demeure la Cour Constitutionnelle de dire la vérité. Il a été dit que les rendez-vous se faisaient individuellement. C’est ce qui a été signé. Moi j’ai fait une publication que tout le monde a vue. J’ai dit que j’étais pour le dialogue avec tout le monde, sincère, inclusif, avec des modérateurs étrangers, et qu’il faut que cela se fasse avant la décision de la Cour Constitutionnelle. De ne pas attendre, parce que vouloir attendre la décision de la Cour Constitutionnelle on ne fera pas l’économie des violences. Si leur déclaration ne fait pas un groupe, il risque d’y avoir des violences et on aura perdu du temps. Raison pour laquelle, je dis que je ne fais pas introduire de plainte parce qu’introduire une plainte c’est comme si je favorisais que la Cour Constitutionnelle réagisse. Et puisque je ne suis pas sûr, je n’ai pas confiance parce qu’ils n’ont pas été en mesure de faire appliquer l’article qu’eux-mêmes ils ont pris par rapport aux procès-verbaux. Comment voulez- vous qu’ils soient responsables au point de donner une décision correcte. Donc je ne veux pas cautionner ça. Moi, je veux qu’il y ait un dialogue tout de suite. C’est ce qui peut faire l’économie d’une violence, ne même pas donner l’occasion à la Cour Constitutionnelle de se prononcer. C’était ma position et je l’ai écrite, c’était dans tous les journaux. 

On a en même temps fustigé dans ce papier signé toute forme de violence. Je l’ai dit, que ce soit physique, que ce soit moral, je suis contre toute forme de violence, et je l’ai signé. À l’époque on n’a parlé d’aucune manifestation, personne n’a parlé de manifestation. » 

 

1 Commentaire
  1. MANZO 3 semaines il y a
    Repondre

    Avec ton score ridicule, pourquoi ne pas accepter ta défaite dans l’honneur et la dignité?
    A peine 10 milles dans toute la Guinée, je crois qu’on devrait se mettre à l’ombre après de telle déconfiture!
    Mais bon en Guinée, souvent on a ni le sens de la grandeur moins celui du fair-play.
    Voilà pourquoi des insignifiants continuent à croire qui se retrouveront à la table pour le partage du cadeau final.
    Triste pays!

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.