Me Salifou Béavogui : « s’ils disent la vérité, vous vous rendrez compte que Cécé était bien au cœur de tous ces événements »

Hier  mercredi 9 septembre, lors de la pause du procès des évènements du 28 septembre 2009 délocalisé de Dixinn à la cour d’appel de Conakry, Me Salifou Béavogui, avocat de Marcel Guilavogui, a accordé une interview à la presse, dans laquelle il a remis en question les dires de Cécé Raphaël Haba qui était à la barre en ce 17eme jour de l’audience.

Selon Me Béa, Cécé Raphaël Haba n’a dit que des contrevérités par rapport à son absence ce jour au stade (28 septembre 2009). Et par rapport aux accusations portées contre Marcel Guilavogui, il a dit: « Il a cherché à noyer la vérité. Tout son problème c’est de s’éloigner de cette affaire (…) Et ça c’est impossible. Personne ne peut croire à ça. Il a minutieusement monté sa défense en disant que dès son retour de Labé, le 28, lui il est parti à la maison pour s’occuper de sa femme qui était en état.  Ce ne sont que des moyens de défense inopérants. Ce sont des moyens inopérants dans la mesure où ce jour là toute la Guinée était en ébullition. La police et la gendarmerie étaient réquisitionnées pour le maintien d’ordre. (…) Si vous lisez un peu le témoignage de Baffoé depuis 4h du matin ils étaient sur le terrain. Ils étaient en train de maîtriser la situation. Mais il a fallu attendre, comme plusieurs personnes l’indiquent (….) les témoignages des victimes, des parties civiles. Tous indiquent avoir vu le commandant Toumba. Chose que ce dernier( Toumba) n’a pas nié au stade. Et il est indiqué que c’est à son apparition que les tirs ont commencé et que c’est lui qui donnait des ordres. Et Raphaël qui était son aide de camp. Qui était à côté de lui.  Vous pensez que ce n’est pas une promenade lui il pouvait aller sans Raphaël? Raphaël qui garde son téléphone? Qui lui donne à manger ? Il va aller vers une expédition punitive et que Raphaël reste dehors ? Mais quand même c’est de la négation. (…) », a-t-il indiqué.

Poursuivant son intervention, Me Salifou Béavogui  a même soutenu que Cécé Raphaël Haba aurait opté pour la ligne de défense de son patron Toumba. Selon lui,si Raphaël n’était pas au stade pourquoi alors il se serait précipité pour aller accompagner son chef pour libérer ceux qui avaient été arrêtés pour des enquêtes concernant ce dossier du 28 septembre.

« Ce sont des contrevérités.  Ce jour-là, ils n’ont pas voulu dire la vérité. S’ils disent la vérité, vous vous rendrez compte que Raphaël était bien au cœur de tous ces événements. Il connaît très bien ce qui s’est passé. Il était avec son chef. Mais est-ce que les deux (2) n’ont pas passé un deal? Tu me protèges, je te protège. On essaye d’inculper Marcel. C’est impossible. Cécé Raphaël n’a pas voulu dire la vérité. Il a opté pour la ligne de défense de son patron. Il n’était pas au stade pourquoi alors il s’est précipité pour accompagner son patron pour aller faire libérer les deux (2) personnes qui étaient au stade, qui ont tiré et qui ont été arrêtées, qui étaient concernées par les enquêtes. C’est là où tout a été brouillé. Parce que si les deux là étaient restés en prison. Les deux là, le crime n’est jamais parfait. On passe toujours par un petit bout pour découvrir la preuve pour avoir la preuve. Ces deux auraient pu donner les noms et préciser les personnes qui sont parties au stade… », a-t-il ajouté.

Christine Finda Kamano 

6227169

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.