Me Salif Kébé révèle : ‘’ils sont allés dans les cours des écoles pour photographier les mineurs…’’

Print Friendly, PDF & Email

Au cours d’une conférence de presse animée dans les locaux de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), le président Me Salif Kébé a démenti lundi l’enrôlement de mineurs au niveau des CAERLE. Ajoutant que l’organe en charge de l’organisation des élections mettra en marche dans les prochains jours, un logiciel de détection de mineurs.

“(…) Il n’y a pas eu pléthore de mineurs dans les CAERLE. On n’a pas eu de mineurs qui ont été alignés. Ils sont allés dans les cours des écoles pour photographier les mineurs et mettre sur les réseaux sociaux. Je ne suis pas celui qui va vous nier en disant qu’il n’y a jamais eu de mineurs dans notre fichier. La preuve est en anticipation, nous avons eu un logiciel qui va détecter des personnes mineures. Et, n’en doutez pas. Ils seront tous enlevés de notre base.  Cette question est résolue. Les cas que nous avons essayés de vérifier, partez sur le terrain, vous ne verrez personne.  Et si cela arrivait, à votre avis, qui n’a pas joué son rôle? Parce que les CAERLE sont des filtres, ce sont les partis politiques de l’opposition, de la mouvance, Société Civile, l’administration et la CENI. Qui n’a pas joué son rôle? Voilà la question. Si on dit que la CENI veut brûler la Guinée parce qu’elle permet d’enrôler les mineurs, je dirais que la Ceni représente la Guinée dans ce cas. Mais, nous avons pris des précautions contrairement à beaucoup pour ne pas que les questions de mineurs qui ont pointé à l’horizon en 2013, 2015, ne reviennent cette année. Cette année, nous avons mis  le monde devant les faits accomplis. Les mineurs seront expulsés par le système un à un jusqu’au dernier. Il y a un logiciel qui permet de détecter les mineurs et dans les jours à venir, ils vont être mis en service”, a-t-il dit.

Revenant sur le débat en cours relatif sur le manque de kits au niveau de certaines zones du pays, Me Salif a soutenu que : “la distribution des kits a obéi à un certain calcul de prorata de la population de notre pays. Il n’y a aucune partie de notre pays qui a été lésée au profit d’une autre. Ces choses-là, nous avons l’habitude de faire. Et, tous les jours, nous faisons des améliorations. Cette année, au lieu de 2. 000 kits répartis sur toute l’étendue du territoire national, on en a fait 40.000 pour toucher chaque population à la base.(…). Dire qu’il y a des endroits sur le territoire national où il n’y a jamais eu de kits, les préfets nous auraient égorgés toute suite”

Mohamed Cissé

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.