Médias: c’est parti pour la campagne de vulgarisation de la loi sur le droit d’accès à l’information publique

Print Friendly, PDF & Email

Depuis 2010, une loi organique sur le droit d’accès à l’information publique a été promulguée en Guinée. Mais ladite loi est malheureusement mal connue par le grand public y compris la presse. Dans le but de l’a faire connaitre, la coordination du comité de suivi mise en place pour la circonstance avec l’appui financier de la fondation d’OSIWA vient de lancer une vaste campagne de vulgarisation de cette loi.

C’est le Directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale, Edouard Sagno qui a donné le coup d’envoi de cette campagne ce jeudi 17 novembre, dans la salle des Actes du palais du peuple en présence du représentant pays d’OSIWA en Guinée, Dr Amadou Ibrahima Niang, des représentants de quelques institutions républicaines (Cour Suprême, Conseil Economique et Social) et de M. Mohamed Condé, représentant du ministre en charge de la Communication.

img_20161117_101451D’entrée, l’honneur est revenu au coordinateur du comité de suivi de la vulgarisation du droit d’accès à l’information publique, Iboun Conté de souhaiter la bienvenue aux uns et autres, avant de placer cet événement dans son contexte.

‘’La loi d’accès à l’information publique a été publiée au journal officiel de la République. Vous savez, le code civil est clair à ce niveau. Une loi, une fois adoptée par le parlement qui fait office d’Assemblée nationale pour que cette loi soit exécutoire, il faut qu’elle soit publiée au journal officiel de la République. Pour le cas de cette loi, ça été fait depuis le 24 novembre 2010. Mais depuis çà, personne n’en parle. Cette loi est méconnue dans le pays alors qu’elle est fondamentale et essentielle quant à l’arquant de la bonne gouverné de la transparence en Guinée’’, dira-t-il, avant d’ajouter:

‘’Donc, nous avons décidé d’aller exhumer cette loi qu’on a enterré, de l’a remontée à la surface et de dévoiler son contenu aux journalistes et aux citoyens lambdas pour qu’en plus de la loi sur la liberté de la presse que les journalistes aient un autre outil qui leur permet d’interroger n’importe quelle source et que cette source soit tenu de donner des informations aux journalistes. Donc, cette une loi qui vient compléter tout l’arsenal juridique qu’on a en place qui renforce la capacité des journalistes, mais qui nous donnes l’opportunité d’accéder à n’importe quelle source officielle ou non officielle.’’

Plus loin, il a mis un accent particulier sur la particularité de cette loi qui prend selon lui, en compte le citoyen. ‘’Comme vous le remarquer, on est dans le seul pays pour ceux qui sont dépositaires de la puissance publique et les élus locaux de ne jamais rendre compte de leurs gestions aux citoyens et aux journalistes. Cette-ci, si quelqu’un refuse de vous livrer une information, vous avez des voix de recours pour assigner cette personne en justice et que le juge va l’obliger à vous donner de l’information. Et si la personne ne le fait pas, on va lui infliger des sanctions. Tout çà-là, c’est prévu dans la rubrique des régimes des sanctions dans la loi sur la liberté de la presse. Mais nous avons dis qu’il faut d’abord dévoiler son contenu et amener les journalistes à se l’approprier pour que cette loi ait la force de droit et que les gens soient tenus obliger de donner de  informations aux citoyens et aux journalistes, surtout quand ils sont interpeller sur leur gestion et sur les fonctions qu’ils assument’’, dira-t-il entre autres.

Pour le représentant pays de la fondation d’OSIWA en Guinée, l’accès à l’information publique est indispensable et intournable si nous voulons que les citoyens jouent le rôle qui est attendu d’eux dans une démocratie.

img_20161117_102126

‘’Ce rôle consiste à contrôler l’action publique, de contribuer à la préservation de l’intérêt public et de participer au processus de gouvernance pour assurer sa transparence et surtout son exclusivité. Pour pouvoir bien jouer ce rôle, ils doivent avoir accès à l’information. Mais l’accès à l’information doit être organisé et encadré avec des lois et mécanismes et des institutions’’, dira entre autres Dr Amadou Ibrahima Niang.

Prenant la parole pour la circonstance, le Directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale a, au nom de l’honorable Claude Kory Kondiano saluer cette initiative qui vise à vulgariser ladite loi à l’attention de tous les citoyens.

img_20161117_103554

‘’Notre pays la Guinée aura un droit de cité parmi les nations émergentes fortes, mais parmi les nations modèles dans le cadre de l’information et de la communication. L’Assemblée nationale se réjouit donc absolument de cette initiative heureuse et voudrait inviter tout un chacun afin que les profondes aspirations du monde de la presse indépendante puisse être portées à un certain niveau, pour que d’ores avant que le peuple de Guinée puisse avoir un accès réel à l’information publique. Pour la part qui l’a concerne, l’Assemblée nationale ne ménagera aucun effort pour que tous les projets de loi ou même toutes propositions de loi qui pouvaient être soumises à son examen puisse absolument obtenir une validation qui permettrait l’accès à l’information publique (…).’’

Youssouf Keita

+224 666 48 71 30          

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.