Lesotho : le Premier ministre et sa femme soupçonnés du meurtre sinistre de son ex-épouse

Print Friendly, PDF & Email

Le Premier ministre du Lesotho et sa femme sont soupçonnés pour le meurtre sinistre de son ex-épouse, un scénario digne d’un roman policier. Pumza Fihlani tente de percer le mystère depuis la capitale de ce pays d’Afrique australe, Maseru où les gens vaquent normalement à leurs occupations.

En apparence, tout est en ordre, mais les panneaux d’affichage en papier journal plaqués sur les vitrines des magasins et attachés à des lampadaires donnent la première indication que quelque chose ne va pas du tout au Lesotho.

Une affiche indiquant que “la police traque la première dame”.

Un titre se lit en caractères gras : “La police traque la première dame”, tandis qu’un autre annonce : “Le Premier ministre en difficulté accepte de démissionner.”Le premier couple du pays – le Premier ministre Thomas Thabane et son épouse actuelle Maesaiah Thabane – sont recherchés pour être interrogés en relation avec le meurtre en 2017 de l’ex-épouse de M. Thabane, Lipolelo Thabane.

Cette femme de 58 ans, qui vivait séparée de son mari depuis 2012, a été tuée deux jours seulement avant que M. Thabane ne prête serment en tant que Premier ministre.Un soir, alors qu’elle rentrait chez elle, elle est tombée dans une embuscade, a reçu plusieurs balles à bout portant et est morte sur le bord d’un chemin de terre. Ce meurtre a choqué la nation. À l’époque, M. Thabane l’a décrit comme un “meurtre insensé”.

Le meurtre de Lipolelo Thabane en 2017 a été décrit à l’époque par Thomas Thabane comme un “meurtre insensé”.

Au moment de sa mort, l’attaque a été imputée à des hommes armés inconnus, mais les récents documents judiciaires déposés par le commissaire de police du pays, Holomo Molibeli, ont soulevé d’autres questions. Parmi les documents judiciaires, vus par l’agence de presse AFP, se trouve la copie d’une lettre, datée du 23 décembre 2019, que le chef de la police a écrite au Premier ministre âgé de 80 ans en disant: “Les enquêtes révèlent qu’il y a eu une communication téléphonique sur la scène du crime en question… avec un autre téléphone portable. Le numéro de téléphone portable vous appartient.” Première Dame disparue

Le 10 janvier, un mandat d’arrêt a été lancé contre Maesaiah Thabane, 42 ans, qui ne s’est pas présentée à la police pour un interrogatoire.

Elle n’a pas été vue en public depuis deux semaines et personne ne semble savoir où elle se trouve, enfin, personne ne veut parler.

M. Thabane, qui est toujours dans le pays, a évité de poser des questions sur le lieu où se trouve sa femme.

La BBC a contacté des représentants du gouvernement pour obtenir des commentaires, mais ils n’ont pas voulu répondre aux questions sur le sujet. Un porte-parole du parti du Premier ministre a déclaré que “la question n’a pas été abordée”.

La semaine dernière, il a accepté à contrecœur d’être interrogé par la police.

Ni M. Thabane ni sa femme n’ont été inculpés.

Cela en dit long sur la séparation des pouvoirs judiciaire et politique au Lesotho qu’un premier ministre peut être recherché pour être interrogé, mais l’enquête de police n’a pas été facile.

Menaces de mort

Le commissaire de police, M. Molibeli, m’a dit que le dossier Thabane était l’un des plus complexes et des plus dangereux sur lequel il avait travaillé au cours de ses 32 ans de carrière.

“Cela n’a pas été facile, il y a eu de nombreuses tentatives pour que cette enquête ne se poursuive pas”, a-t-il déclaré.

“Je crois que ce que nous faisons est juste, tant que ma conscience est claire. Les habitants du Lesotho veulent connaître la vérité et c’est notre travail d’enquêter et d’arriver à cette vérité”, a-t-il ajouté.

Des gens ont menacé sa vie pour avoir poursuivi l’enquête, dit-il, mais il insiste sur le fait qu’il n’a pas peur.

M. Thabane a épousé Maesaiah lors d’une cérémonie publique en 2017

“Pas du tout. J’ai des gens qui me soutiennent. Dans le passé, les gens qui m’auraient menacé seraient l’armée mais non, j’ai de bonnes relations avec eux”, explique le chef de la police.

“Nous voulons tous sortir le Lesotho de ce bourbier,” soutient-il.

Bien que la police ne dise pas quelles preuves elle a, M. Molibeli a déclaré que l’affaire était “solide”.

Ceux qui ont connu Lipolelo disent qu’elle a évité les feux de la rampe et qu’elle a préféré sa vie tranquille de village à Ha Masana, à la périphérie de la capitale.

Mais les mois précédant sa mort avaient été remplis de troubles. La nouvelle de son long divorce avec M. Thabane faisait souvent la une des journaux, tout comme sa demande reconventionnelle de continuer à être reconnue comme la première dame du Lesotho.

Le divorce n’a jamais été finalisé

Le Premier ministre a annoncé qu’il allait démissionner mais n’a pas donné de date pour son départ

Après s’être séparé de Lipolelo, M. Thabane a vécu avec Maesaiah comme si elle était sa femme et elle a profité de tous les avantages liés à ce poste. Lipolelo, par contre, avait été laissée pour compte.

En 2015, après une longue bataille juridique, la Haute Cour a statué en faveur de Lipolelo et a ordonné au gouvernement de cesser d’utiliser les fonds publics pour soutenir Maesaiah.

Elle a également décidé qu’elle devait cesser “d’exercer toute fonction et tout droit dévolus à la requérante [Lipolelo] en tant que première épouse”. Ce fut une perte humiliante pour le Premier ministre.

Le jugement signifiait que jusqu’à la finalisation du divorce, Lipolelo était toujours légalement reconnue comme son épouse et que son gouvernement était obligé par la loi de prendre soin d’elle.

Le divorce n’a jamais été finalisé.

Ce petit pays est relativement pacifique, mais il a la réputation d’assassiner des fonctionnaires de haut rang.

Dans le passé, ces meurtres ont été le résultat d’un conflit au sein de la classe militaire ou politique.

M. Thabane lui-même s’est un jour enfui en Afrique du Sud, soi-disant parce qu’il avait été victime d’un attentat.

Mme Lipolelo, comme on l’appelait ici, n’était ni une femme politique ni quelqu’un qui avait des ennemis politiques. Pour beaucoup, sa mort a toujours été suspecte.

“J’étais tellement choqué quand elle est morte”, a déclaré Lebohang Liballo, un habitant de Maseru.

“Ce qui lui est arrivé était si étrange – même maintenant, le secret qui l’entoure est étrange. Mme Lipolelo mérite qu’on lui rende justice”, dit-il.

Bien que les gens soient intrigués par l’affaire et suivent chaque rebondissement, il y a toujours un sentiment de peur.

Ceux qui ont accepté de me parler ont demandé à ne pas être pris en photo.

“Cela a été très embarrassant pour le pays”, a déclaré Bakwena Mofoka.

“Cela nous dépeint comme quelque chose que nous ne sommes pas. La Première Dame doit revenir,” affirme Mofoka.

Mais Maesaiah ne semble pas faire marche arrière.

Son équipe juridique a tenté de faire annuler son mandat d’arrêt. Le tribunal n’a pas encore statué sur la question.

Ses avocats ont déclaré à la Haute Cour de Maseru que la Première Dame avait toujours été disposée à coopérer avec la police mais qu’elle était occupée par des tâches officielles le jour où elle devait être interrogée. Ils n’ont pas expliqué pourquoi elle semble être partie.

Elle n’est pas étrangère à la controverse – au cours des deux dernières années, elle a été accusée à plusieurs reprises d’interférer dans la gestion du gouvernement, ce que les habitants du Lesotho ont qualifié de “coup de chambre”.

M. Thabane a nié ces accusations, mais celles-ci ont perdu sa faveur auprès de certains membres du parti.

Les divisions politiques

Le scandale a également eu des implications politiques pour le Premier ministre.

Alors que ses partisans ont remis en question le calendrier de l’enquête, affirmant que leur chef était victime d’une campagne de diffamation, il a été contraint d’accepter de se retirer, sans toutefois dire quand.

Il a dit qu’il démissionnait en raison de son âge et n’a fait aucun lien avec l’enquête.

La Convention All Basotho (ABC) est profondément divisée mais depuis que le scandale a éclaté, ses membres ont essayé de présenter un front uni – ne serait-ce que pour tenir les partis d’opposition à distance et gagner du temps à M. Thabane pour planifier sa prochaine action.

Mais il n’en a peut-être pas pour longtemps.

Image captionDes personnes manifestent contre Thomas Thabane

Des centaines de personnes, se disant “citoyens concernés du Lesotho”, ont défilé dans la capitale la semaine dernière, dans le cadre de ce qu’ils promettent être une série de protestations visant à forcer le Premier ministre à partir immédiatement.

“Nous sommes déterminés à continuer à protester jusqu’à ce qu’il parte”, ont-ils promis.

“Si cela signifie qu’il y a de l’instabilité, qu’il en soit ainsi, elle aurait été provoquée par le Premier ministre”, a déclaré l’organisatrice de la manifestation, Ramahoana Mathlosa.

C’était le signe d’un peuple qui se lasse de M. Thabane et peut-être un scandale de trop.

Mais sa démission ne mettrait pas fin au mystère qui entoure l’assassinat de Lipolelo Thabane.

Source : BBC

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.