Connect with us

Societé

Microcrédit- A Mamou, le Crédit Rural de Guinée est une option contre l’immigration clandestine

Published

on

L’action du Crédit Rural de Guinée, dans la localité de Mamou, a redonné l’espoir à de nombreux jeunes qui trouvent là une opportunité pour éviter l’immigration clandestine,en dépit d’un contexte difficile. Plusieurs d’entre eux ont créé leurs micro-entreprises grâce aux prêts octroyés par l’institution de micro-finance, avec beaucoup de réussite.

Lorsque le jeune Abdoulaye Diallo cherchait son diplôme d’université, il était loin de s’imaginer une carrière autre que celle qu’offre habituellement l’administration publique. Le destin ne lui a pas rendu la vie facile, surtout après le décès de son père, laissant à sa charge ses trois frères et une mère courageuse.

« Il est venu en 2014 vers le Crédit Rural de Guinée (CRG)qui lui a permis d’acheter successivement trois motos pour faire le transport de passagers. Cette petite initiative lui a permis de se nourrir avec ses frères, de financer ses études, de les finir et plus tard de monter sa petite entreprise de transport », explique Habib Diallo responsable de la délégation régionale de Mamou.

Abdoulaye va multiplier les initiatives, entre sa profession d’enseignant, un parc de sept (7) motos et l’achat d’appareils photo et vidéo lui permettant d’engranger des recettes régulières.

Ces différentes activités, facilitées par le CRG, vont permettre à Abdoulaye d’acheter une parcelle de terrain, actuellement en cours de construction.

« Il nous a confié que l’aide du CRG lui a évité le piège de l’immigration clandestine. Pour nous, c’est une grande satisfaction », fait remarquer le responsable de la délégation régionale du CRG.

Plusieurs autres jeunes ont suivi les traces d’Abdoulaye, ce qui contribue à la fois à leur autonomisation et à développer en eux l’esprit d’initiative.

Selon le CRG, l’enveloppe globale des prêts octroyés par le CRG dans la zone de Mamou est d’environ 16 milliards GNF pour l’année 2019. Dans ce paquet, le commerce occupe environ 35% de l’activité ; l’agriculture environ 30% ; le reste étant répartis entre les autres métiers.

« Nous nous portons très bien et nos adhérents sont très dynamiques. Cela ouvre de grandes perspectives pour le CRG à Mamou », conclut Habib Diallo.

Cheick Soumah

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités